Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Auteur Sujet: Europe (hors-France) : évenements culturels  (Lu 8078 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #60 le: mai 31, 2017, 09:40:27 am »
1er au 7 juin, Zurich (Suisse)

3ème édition du Festival du Film Iranien de Zurich



Avec remise du Cylindre d'Or de Cyrus !!
Edit : remis au film "Inversion" de Behnam Behzadi.



http://www.iranianfilmfestival.ch/
« Modifié: juin 14, 2017, 06:16:32 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #61 le: juin 01, 2017, 10:24:11 am »
« Modifié: juin 01, 2017, 05:33:47 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #62 le: juin 01, 2017, 10:46:23 pm »
Samedi 3 Juin de 13h à 18h, Londres

SOAS Centenary Event :  "Youth, Cinema and War in Iran" + bookfair

13h-14h30 - Short Film Screenings and Discussion

Lachak (The Scarf), de Haideh Moradi (2013), 21 min.
A girl loses her new scarf, we look on as she follows the garment through beautiful Iranian natural and village scenes.

Man Ghadeemi Hastam (The Outsider) d'Adel Tabrizi et Iran Entezami (2014), 19 min.
A literature teacher with high hopes arrives for his first day at university and has them dashed by unruly pupils.

Raha (Released), d'Amir Parsamehr et Peiman Naimi (2011), 29 min.
A touching film which shows us the Iran/Iraq war through a child’s eye.

Gardesh (Turnabout), d'Hamed Rajabi (2009), 17 min.
A student wonders around college looking for his friends, none of whom he can find, before leaving his good bye message on the school wall.

14h30-15h Shahin Parvizi (Filmmaker and PhD student) in discussion with Roya Arab (Musician, archaeologist, curator and PhD candidate) followed by Q&A.

15h-15h50 Persian tea and biscuits

"Sacred Defence' Film Genre, Screening and Discussion

15h50-16h Dr Hassan Hakimian (Director of LMEI): welcome and greetings; Roya Arab introduces the afternoon and Kiumars Pourahmad’s specially recorded message.

16h-17h30 Otobus-e Shab (The Night Bus), fr Kiumars Pourahmad (2007), 90 min.
Is a reflective nuanced look at the eight year war between Iran and Iraq.
Made in 2007, the film is set on a bus transporting Iraqi war prisoners on a twenty four hour journey.
Two young soldiers and an elderly bus driver is all that stands between the captured soldiers and freedom.
Shot in black and white, Mehdi Jafari went on to win an award in Iran for his highly atmospheric cinematography.
The music, dialogue and scenes provide an antithesis to the inhumanity of war through the shared humanity of the combatants.

17h30-18h Kaveh Abbasian (filmmaker, visiting lecturer and PhD student) in discussion with Saeed Zeydabadi-Nejad (lecturer and academic author) followed by Q&A.

All films are in Persian with English subtitles

https://www.soas.ac.uk/lmei-cis/events/03jun2017-soas-centenary-event---youth-cinema-and-war-in-iran.html


Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #63 le: juin 14, 2017, 06:00:32 pm »
Dimanche 18 juin à 19h30, à Londres

Spectacle poétique et dansé : Rebirth



Rebirth is a combined art performance created by Shirin Majd, based on poems by the distinguished Iranian poet Forough Farrokhzad.
The internationally recognised contemporary ballet dancer, Shahrokh Moshkin Ghalam and the prodigious Australian-Iranian soprano singer Shirin Majd will be complemented by visual art to bring to life Farrokhzad’s poems.
The poems will narrate songs for the non-persian speaker.

Rebirth is collective work by both Iranian and non-Iranian artists, connecting our unique cultures through the inspiration of art.
Presented by Sweet Sound Ensemble.

Ages 6+
Tickets: £30 / £25 / £20
Schools: £25 // Children aged 6 - 12: £20

Artsdepot
5 Nether Street
Tally Ho Corner
North Finchley
London N12 0GA

https://www.artsdepot.co.uk/dance-music/rebirth
« Modifié: juin 14, 2017, 06:05:05 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #64 le: juin 23, 2017, 11:06:57 am »
Vendredi 23 juin de 18h30 à 23h, Bruxelles

Soirée littéraire autour de la poésie de Sohrab Sepehri



À l’occasion de la parution du livre « Histoire de lune, d’eau et de vent », traduction du persan au français des poèmes de Sohrab Sepehri, le centre Culturel Omar Khayam, en partanariat avec la maison d’édition MaelstrÖm reEvolution, vous invite à sa soirée littéraire.

Le recueil a été traduit par Parvin Amirghasemkhani, Arlette Gérard et Christian Maucq

18h30 Accueil / Drink
19h00 Introduction par Ahmad Aminian : « monde imaginal et poésie »
Interlude musical
Lecture des poèmes en persan par Parvin Amirghasemkhani et en français par Arlette Gérard
Exposition photographique de Kâshân, ville d’origine de Sohrad Sepehri, par le photographe Fariborz Kalantaran.

Entrée libre

Centre Culturel Omar Khayam
45 avenue des Armures
1190 Forest

Infos et réservation (conseillée)
02 513 20 43
info@ccomarkhayam.org
http://ccomarkhayam.org/

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #65 le: juin 27, 2017, 03:49:47 pm »
30 juin au 2 juillet, à Berlin

Conférence : Art, Culture, Litérature et Society durant la période Qajar

Organisé par l'Ambassade de la R.I.I.



http://de.berlin.icro.ir/uploads/iranistik_forum_2017-II_331085.pdf
« Modifié: juin 27, 2017, 03:53:07 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #66 le: juillet 03, 2017, 02:10:37 pm »
Du 16 juin au 29 octobre, Lens Crans-Montana (Pays du Valais - Suisse)

Expositions photo, avec certaines d'Iran



Issues de l’extraordinaire collection des ethnologues Pierre et Micheline Centlivres-Demont

Fonds Pierre et Micheline Centlivres-Demont
Les anthropologues vaudois Pierre et Micheline Centlivres, spécialistes de l’Afghanistan et de l’Iran, ont fait don en 2007 à l’Etat de Vaud de leur bibliothèque d’anthropologie, de leurs collections d’images populaires du Moyen-Orient et de petits catéchismes des métiers afghans, ainsi que de milliers de photographies réalisées sur le terrain, pendant plus de quarante ans.
Les archives personnelles de travail complètent la généreuse donation de ce couple de chercheurs passionnés, convaincus que l’on n’a jamais fini d’acquérir les clés de compréhension du monde et que celui-ci « est intelligible pour autant que l’on soit à l’écoute de l’autre avec modestie et que l’on laisse parler l’émotion ».

Extrait Wikipédia :
Micheline Centlivres-Demont est une ethnologue suisse d'origine vaudoise, spécialiste de l'Afghanistan et de l'Iran.
En 1961, grâce à une bourse d’études, Micheline Centlivres-Demont étudie le persan à l'Université de Téhéran, avant de s'installer dans l’oasis de Meybod (Yazd) où elle étudie une communauté de potiers pour son doctorat.
À l'occasion d'un séjour en Afghanistan, elle rencontre à Kaboul Pierre Centlivres, un compatriote d’origine vaudoise, alors conseiller au Musée national afghan.
Ils effectuent ensemble plusieurs séjours dans la ville de Tâshqurghân (Khulm), puis font de longs séjours entre 1968 et 1972 en Afghanistan, au Pakistan et en Iran.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Micheline_Centlivres-Demont

Fondation Pierre Arnaud
1, route de Crans
1978 Lens, Suisse

http://www.fondationpierrearnaud.ch/fr/1164/expositions/exposition-actuelle
« Modifié: juillet 03, 2017, 02:20:41 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
« Modifié: août 17, 2017, 12:44:29 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #68 le: septembre 26, 2017, 11:28:28 am »
Mardi 26 septembre, à Londres

Vente aux enchères de billets de banque de l'époque Qadjar



Lien des billets mis en vente :
https://www.spink.com/auction.aspx?id=17040

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #69 le: octobre 03, 2017, 10:48:45 am »
Du 3 au 6 octobre, au Parlement Européen à Strasbourg

Exposition des photos des plafonds des monuments iraniens de Mohamad Reza Domiri Ganji
(pas accessible au public, sauf prise de RdV)





http://gravity.ir/
« Modifié: octobre 08, 2017, 01:23:30 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #70 le: octobre 08, 2017, 01:11:13 pm »
Samedi 7 octobre, à Bruxelles - Quartier Sablon

Ouverture de la boutique "Yalda"





http://www.yaldaconceptstore.com/
« Modifié: octobre 08, 2017, 01:15:39 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #71 le: octobre 31, 2017, 05:47:24 pm »
3 et 4 novembre, à Neuchâtel (Suisse)

Exposition du photographe Yannick Luthy "Iran, la moitié du miroir"



YANNICK LUTHY
Photographe globetrotter, curieux et passionné, Yannick Luthy propose des échappées à travers le connu et l’inconnu, faisant parfois même apparaître l’invisible. Son sens de la composition, sa perspicacité et sa poésie offrent les prémices d’une œuvre de grande sensibilité.
"En 2017, j’ai vu l’Iran à travers une boîte. Celle-ci n’était pas persane ni poétique mais photographique. J’ai été ébloui par les reflets d’un pays au passé bousculé par son histoire récente. Un pays ancien et jeune à la fois. Un pays que je n’ai fait qu’effleuré. Une boîte que j’ai entrouverte et qui m’a permis de voir la richesse de cette terre à travers la moitié de son miroir."

Un voyage en Iran en photographies, un apéro et un spectacle flamenco (Las Conchas).

Entrée gratuite, chapeau pour les musiciens.

Galerie yd
Rue FLEURY 6
2000 Neuchâtel

http://galerieyd.ch/
« Modifié: octobre 31, 2017, 05:56:04 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #72 le: novembre 07, 2017, 12:26:11 pm »
11 et 12 novembre, Louvain (Belgique)





For the first time in Belgium….
We are organizing the biggest event to introduce independent voices in Iran’s art and culture in diverse subjects such as music, cartoon, literature and cinema in a two-day festival. Some of the most famous artists are coming to Leuven.
And of course there will be an all Iranian Cuisine food stand during the festival.

Program of the event :

Saturday 11 November 2017
15h15h30 Introduction of the event
15h30-17h30 Film screening: “Parviz” by Majid Barzegar 2012 Iran - Eng subtitles.

Concerts (AULA PIETER DE SOMER):
19h-20h30 Niaz Nawab
21h-22h30 Habib Meftah
22h30-2h00 PARTY BY DJ Daeva (Albatros)


Sunday 12 November 2017

13h30-15h30 Jamshid Barzegar and Mohammad Tangestani talks + Q&R - Solo Perfomance by Faarjam
16h30-17h30 Film screening: “Fest of duty” Documentary by Firouzeh Khosrovani 2014 Iran – Eng subtitles.
18h-19h Mana Neyestani book lunch - live cartoning + Q&R
19h15-21h Film screening: “The Cycle” by Dariush Mehrjui 1977 Iran – Eng subtitles.
21h End

* Book exhibition will take place during the festival.
* All activities will be with English subtitle or translation.

Ticket Prices:
First day only:
- Student : before the event 9,90 €, on the day of festival 12 €
- Student with culture card : before the event 8,90 €, on the day of festival 11 €
- Non student : before the event 14,90 €, on the day of festival 17 €

Second day only:
- Student : before the event 6,90 €, on the day of festival 9 €
- Student with culture card : before the event 5,90 €, on the day of festival 8 €
- Non student : before the event 9,90 €, on the day of festival 12 €

Two-day combo:
- Student : before the event 14,90 €, on the day of festival 17 €
- Student with culture card : before the event 13,90 €, on the day of festival 16 €
- Non student : before the event 19,90 €, on the day of festival 23 €

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfB6KEWgiXFLprHVrp16y5FkPZGavCCRlGaLXhlpVRtHIBqAQ/viewform
« Modifié: novembre 07, 2017, 12:49:29 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #73 le: janvier 20, 2018, 07:20:53 pm »
Du 15 janvier au 18 février, à Bruxelles



Pour cette nouvelle édition de l’HEURE D’HIVER un focus sur le Cinéma Iranien est proposé au CINEMA GALERIES mais également dans d’autres lieux de Bruxelles. L’occasion de plonger au coeur de ce cinéma foisonnant d’auteurs singuliers et de cinéastes qui s’interrogent plus que jamais sur le monde et les hommes.  Des rencontres, des inédits , des hommages, des performances, des expositions. Une programmation foisonnante de bonnes choses, un évènement pluridisciplinaire qui réchauffera l’hiver.

À quoi ressemble Téhéran? Comment les gens se déplacent-ils dans la ville? Comment y vivent ils ? Comment les classes sociales se mélangent? Comment la présence des femmes s’intègre-t-elle dans l’espace public? Quelles sont les traces du passé, l’histoire du pays, son identité? Et comment la ville planifie-t-elle le futur?

Première impression ? Intimidante. Dans la rue, la capitale iranienne est grouillante de jeunesse, encombrée d’embouteillages et bruyante jusqu’à tard le soir. Dans la ville se mêle nostalgie du chah et culte de l’ayatollah Khomeiny.

En bref, Téhéran déborde de vie. Le tchador est minoritaire dans le nord de la ville, mais on croise fréquemment des jeunes femmes très peu voilées, maquillées et affublées d’un petit bandage sur le nez. Le surgissement de la chirurgie esthétique à la mode californienne, dans une République islamique réputée prude, a de quoi surprendre. Pourtant, cette tension entre modernité et conservatisme illustre bien les rapports ambigus entre l’histoire récente et la réalité iranienne.

Alors que l’actualité politique iranienne de ce début de mois de janvier surgit dans nos médias, que l’inquiétude se fait grandissante quant à la stabilité d’un pays et de ses relations avec les autres grandes puissances mondiales, c’est l’histoire des personnes qui y vivent dont nous voulons ici faire le témoignage.

Il faudra pas moins d’un mois et une trentaine de films pour découvrir la capitale de l’Iran et les gens qui l’habitent.

Parmi les films sélectionnés des inédits: Writing on the city (Vision du réel 2016) ouvrira le festival avec une rencontre du réalisateur Keywan Karimi.

Programmation

CINEMA GALERIES

(Samedi/Dimanche I 13h sauf exception)  8,50 (stand.) / 6,50 (red.) / UGC Unlimited / PASS (40€)

15.1 - 19h : Writing on the city – Keywan Karimi (2015, 60′)
* En présence du réalisateur
20.1 - 13h : Goodbye – Mohammad Rassoulof  (2011, 100′)
21.1 - 13h : The taste of cherry – Abbas Kiarostami (1997, 95′)
27.1 - 13h : Inversion – Behnam Behzadi (2017, 84′)
28.1 - 12h : Portrait de famille – Morteza Ahadi Sarkani & Mohommad Ali Soleymanzadeh (2013, 45′)
28.1 - 13h : Drum – Keywan Karimi (2015, 90′)
03.2 - 13h : Leila – Dariush Merjuih (1997, 124′)
04.2 - 13h : Une séparation – Asghar Fahradi (2011,123′)
07.2 - 19h : Tehran smile – Golbou Fiuzi (2017 – 52′)
10.2 - 13h : Short films (Various Directors)
* Attended by Ali Hasanzadeh & Omid Adibparvar
11.2 - 12h : Le petit monde de Bahador – Abdollah Alimorad, Ali Asgharzadeh (…) (2006, 55′)
11.2 - 13h : Teheran, a conceptual art – Mohammad Reza Aslani (2012, 76′)
* En présence de Gita Aslani
17.2 - 13h : Le client – Asghar Fahradi (2007, 125′)
18.2 - 13h : Beautiful city – Asghar Fahradi (2004, 102′)

ACTOR’S STUDIO
(Lundi/Mardi/Jeudi I 19h)  8 (stand.) / 7 (red.) / 6 (enfants) / UGC Unlimited / PASS (40 €)

22.1 - 19h : Under the skin of the city – Rakhshan Bani-Etemad (2005, 92′)
23.1 - 19h : A waltz for Tehran – Zeinab Tabrizi ( 2016, 53′)
29.1 - 19h : Relationships – Farnaz Jamshidi Moghadam (2015, 53′)
* En présence de la réalisatrice
30.1 - 19h : Fête de devoir – Firouzeh Khosrovani (2014, 60′)
01.2 - 19h : En montant les marches – Roksareh Ghaem Maghami’s (2011, 52′)
06.2 - 19h : I love Tehran  – S.Samadian (2011 – 75′)
08.2 - 19h : Sonita – Rokhsareh Ghaem Maghami (2016, 91′)
12.2 - 19h : Teheran n’a plus de grenades – Massoud Bakhshi (2007, 68′)
13.2 - 19h : Taxi Tehran – Jafar Panahi, (2015, 82′)
15.2 - 19h : Raftan – Navid Mahmoudi (2016, 78′)

BOZAR
TRIBUTE TO KIAROSTAMI (16.1 / 25.1 I 19h30)

16.1 - 19h30 : Take me home – A.Kiarostami (2016, 16′) + 76mn and 15s with A.Kiarostami – S. Samadian (2016, 76 min) > 6e (stand.) / 4e (red.) / PASS (40€)
* En présence d’Agnès Devictor
25.1 - 19h30 : 24 Frames – A. Kiarostami (2017, 114′) > 10e (stand.) / 8e (red.) / PASS (40€)
* En présence de Michel Frodon

ATELIER 210
GALERIES GOES TO 210 (4.2 / 5.2 - 19h30) 8 (stand.) / 6 (red.) / PASS (40 €)

04.2 - 19h30 : Close Up – A. Kiarostami (1990, 100′)
05.2 - 19h30 : Les chats persans – Bahman Ghobadi (2009, 101 min)

Le cinéma comme résistance : nouvelles formes pour contourner les lois
Le cinéma de Farhadi met en lumière les contradictions et les questions culturelles qui touchent l’Iran où la tradition et la vie moderne urbaine se confrontent.
Dans son dernier film, Le client, Farhadi nous montre un Téhéran qui se dégrade, écrasé par des changements vertigineux, une ville instable entre déconstruction et construction.
L’auteur parle dans ce film d’une instabilité entre passé et modernité. Il montre une bourgeoisie qui ne sait vraiment gérer ni une tradition trop stricte, ni une modernisation trop rapide ; il s’agit d’une classe qui est touché par un conflit paradoxale. La volonté de raconter des conflits privés est un fil rouge qui lie la filmographie de l’auteur iranien ; notamment dans Une séparation il nous raconte le conflit entre la volonté de partir et quitter un régime oppressant et celle de rester, il nous révèle en même temps la condition de la femme entre tradition et volonté d’émancipation.

Nous retrouvons ce sujet dans le film « Inversion » : autour de son héroïne rayonnante, le réalisateur fait tomber les masques pour révéler un horizon bien sombre. Au point que l’affront fait à Niloofar, brutalement condamnée à un destin moyenâgeux, bouscule à peine l’ordre établi. Comme dans Une séparation (2011) d’Asghar Farhadi, les personnages s’affrontent à l’intérieur d’une société qui absorbe tout, même l’envie de révolte. Ce climat de tension, très maîtrisé par le moins connu Behnam Behzadi, pousse son « Inversion » vers la fable.

La pollution, qui inverse les couches d’air chaud et d’air froid dans l’atmosphère, devient le signal d’alarme métaphorique d’un renversement urgent des valeurs. Un mur abattu dans l’atelier de couture dit le besoin, pour les femmes, de repousser les barrières… Un discours efficace et fort, porté par la délicatesse des portraits de Niloofar et de sa jeune nièce, qui se fait son alliée. Espoir d’une génération nouvelle, d’une (r)évolution à venir…

15.1 - 19h : Writing on a city – Keywan Karimi (2015, 60′)
20.1 - 13h : Goodbye – Mohammad Rassoulof  (2011, 100′)
05.2 - 19h30 : Les chats persans – Bahman Ghobadi (2009, 101 min)
13.2 - 19h00 : Taxi Tehran – Jafar Panahi, (2015, 82′)

L’Iran entre modernisation et tradition
Le cinéma de Farhadi met en lumière les contradictions et les questions culturelles qui touchent l’Iran où la tradition et la vie moderne urbaine se confrontent. Dans son dernier film, Le client, Farhadi nous montre un Téhéran qui se dégrade, écrasé par des changements vertigineux, une ville instable entre déconstruction et construction. L’auteur parle dans ce film d’une instabilité entre passé et modernité. Il montre une bourgeoisie qui ne sait vraiment gérer ni une tradition trop stricte, ni une modernisation trop rapide ; il s’agit d’une classe qui est touché par un conflit paradoxale. La volonté de raconter des conflits privés est un fil rouge qui lie la filmographie de l’auteur iranien ; notamment dans Une séparation il nous raconte le conflit entre la volonté de partir et quitter un régime oppressant et celle de rester, il nous révèle en même temps la condition de la femme entre tradition et volonté d’émancipation.

Nous retrouvons ce sujet dans le film « Inversion » : autour de son héroïne rayonnante, le réalisateur fait tomber les masques pour révéler un horizon bien sombre. Au point que l’affront fait à Niloofar, brutalement condamnée à un destin moyenâgeux, bouscule à peine l’ordre établi. Comme dans Une séparation (2011) d’Asghar Farhadi, les personnages s’affrontent à l’intérieur d’une société qui absorbe tout, même l’envie de révolte. Ce climat de tension, très maîtrisé par le moins connu Behnam Behzadi, pousse son « Inversion » vers la fable.

27.01 I 13h : Inversion – Behnam Behzadi (2017, 84′)
04.02 I 13h : Une séparation – Asghar Fahradi (2011,123′)
17.02 I 13h : Le client – Asghar Fahradi (2007, 125′)
18.02 I 13h : Beautiful city – Asghar Fahradi (2004, 102′)

Où en sont les femmes ?
Selection  par Fery Malek Madani (Art Cantara)

En 2015, les autorités iraniennes parviennent enfin à signer un accord sur leur programme nucléaire et l’espoir naît dans ce pays mis à l’écart depuis plusieurs décennies par le cercle des nations. Si, pour le pouvoir, il s’agit surtout d’une garantie de la pérennité du régime et une redynamisation économique grâce aux investissements étrangers, pour le peuple, c’est l’espoir de voir le pays s’ouvrir aux valeurs d’ailleurs et, par-delà, aspirer à plus de liberté.

Et ce sont les femmes qui ont été un des éléments les plus efficaces dans ce cheminement, qui a abouti à ce que l’Iran relève la tête sur la scène internationale. Aujourd’hui, la mégapole de Téhéran est investie par les femmes et, si leur statut continue à rester très discriminé dans les lois, leur dynamisme dans la société est surprenant.

En tchador noir intégral ou en foulard bariolé : Elles ont le droit de vote et d’être élues mais ne sont que 17 sur 290 parlementaires. Toutes les facultés universitaires leur sont ouvertes mais, au bout du compte, le chômage les oblige à accepter des emplois sous-qualifiés ou à rester à la maison.  Les clubs sportifs féminins sont pléthore même si les stades de foot leur sont toujours interdits. Elles sont avocates mais ne peuvent jamais devenir juges.

Elles gèrent leur fortune mais n’héritent que de la moitié de leurs frères. Leurs films sont sélectionnés dans les festivals internationaux, elles se battent sur les tatamis du monde entier et remportent des médailles mais doivent demander l’autorisation de leur mari pour quitter le pays et y participer.

Voici la vie des Téhéranaises, les plus libres des Iraniennes, un paradoxe à l’image de tout le pays où le possible et l’impossible se côtoient allègrement.

22.1 - 19h : Under the skin of the city – Rakhshan Bani-Etemad (2005, 92′)
23.1 - 19h : A waltz for Tehran – Zeinab Tabrizi ( 2016, 53′)
29.1 - 19h : Relationships – Farnaz Jamshidi Moghadam (2015, 53′)
30.1 - 19h : Fête de devoir – Firouzeh Khosrovani (2014, 60′)
01.2 - 19h : En montant les marches – Roksareh Ghaem Maghami’s (2011, 52′)
07.2 - 19h : Tehran smile – Golbou Fiuzi (2017 – 52′)

Etre Afghan à Téhéran
Près de quatre décennies après le début du grand exil, le pays abrite environ trois millions de réfugiés parmi ses 80 millions d’habitants. En mai 2016, lors d’une rencontre avec le président afghan Ashraf Ghani à Téhéran, le dirigeant iranien, l’ayatollah Khamenei, a souligné que «contrairement à certains pays comme les Etats-Unis et le Royaume-Uni, la République islamique d’Iran a toujours traité le peuple afghan avec respect et fraternité. hospitalité».

Sa déclaration pourrait être considérée comme une moquerie de la part de réfugiés nés et élevés en Iran. Contrairement à d’autres minorités telles que les Kurdes, les Arabes ou les Baloutches, les Afghans ne peuvent obtenir la citoyenneté. Au lieu de cela, ils subissent une litanie sans fin de discrimination qui pousse souvent la jeune génération à rêver d’atteindre l’Europe et de se tourner ainsi vers les contrebandiers.

Être un réfugié afghan signifie que vous ne pouvez pas posséder une voiture, une maison, un compte bancaire ou une carte SIM (sauf par l’intermédiaire d’une tierce partie iranienne). Vous ne pouvez pas être un employeur. Vous pouvez être limogé à tout moment. Un directeur d’école décide si un enfant réfugié obtient une place dans l’année scolaire suivante seulement quand tous les Iraniens ont été inscrits. Si un Afghan est arrêté sans papiers ou permis de séjour, il peut alors être arrêté et expulsé vers des régions d’Afghanistan où il y a une présence importante et significative du groupe de l’Etat islamique.

Les Afghans pourraient également être envoyés pour se battre avec les Gardiens de la Révolution iraniens en Syrie. Beaucoup de réfugiés font cela pour protéger les «sanctuaires sacrés» de ce pays; également pour obtenir un permis de séjour de longue durée ou un salaire plus élevé ou un compte bancaire. Mais même pour ceux qui sont envoyés sur le champ de bataille syrien, beaucoup de ces promesses ne sont jamais tenues.

Malgré cela, les Afghans aisés forment un petit groupe, mais on s’attend à ce qu’ils se développent à mesure que la feuille de route vers l’assimilation devient plus séduisante pour les jeunes générations. Après 30 ans, bien qu’ils ne puissent pas avoir la citoyenneté, les Iraniens les acceptent et ils obtiennent des emplois. Certains d’entre eux s’enrichissent dans un pays où l’un de ses plus gros problèmes est le chômage.

Ils trouvent un moyen dans un pays qui n’a jamais voulu que les Afghans s’y installent…

15.2 - 19h : Raftan – Navid Mahmoudi (2016, 78′)
08.2 - 19h : Sonita – Rokhsareh Ghaem Maghami (2016, 91′)
21.1 - 13h : The taste of cherry – Abbas Kiarostami (1997, 95′)

KIDS
Kanoon-Iran Studio
«Le générique, qui ouvre les films, montrant un oisillon posé sur un livre ouvert, est la promesse d’un moment de bonheur toujours renouvelé, avec cette montée de notes rapides et saccadées, avant les accords sereins et mélancoliques, qui préparent le spectateur à une histoire instructive et divertissante.»

Apparu lors de Révolution blanche, initiée en 1963 par le dernier Shah d’Iran pour moderniser le pays, «Kanoon» («Institut pour le développement intellectuel des enfants et des jeunes adultes »), est né de l’impératrice Leyli Amir-Arjomand et de son amie d’enfance Farah Diba face au constat du manque de littérature jeunesse en Iran. Les deux jeunes femmes traduisent et diffusent des ouvrages jeune public à travers des bibliothèques dont la première est inaugurée à Téhéran près du Parc Farah (aujourd’hui Parc Laleh) en 1966. Le département cinématographique nait en 1969 sous l’impulsion coinjointe d’Abbas Kiarostami et d’Ebrahim Forouzesh.

La dimension informative et poétique, la présence des enfants et aussi l’handicap, souvent filmé dans les films iraniens sur l’enfance seront les caractéristiques principales du cinéma éducatif en Iran tel que le pratiquera «Kanoon». Des chefs-d’oeuvre ont vu le jour tel « Bahador », Grand Prix Cannes Junior et Eléphant d’Or Travelling de Rennes. Le récent ensemble de 5 courts « Portrait de famille » saura ravir les plus petits par son rythme et son énergie et éveiller leurs oreilles lors de la partie slamée clôturant le programme. A ne pas manquer!

28.1 - 12h : PORTRAIT DE FAMILLE – Collectif
11.2 - 12h : LE PETIT MONDE DE BAHADOR – Collectif


EXPOSITION | « Téhéran une ville au pied des montagnes » & « Kavir ». Gratuit. Du mercredi au dimanche de 13h à 20h. Vernissage I 18.1 / 19h

CONCERT | 09.2 - 19h Expo & Live Show: performance musicale avec Sote, Kali & Crat dans le cadre de l’exposition Kavir. Presales 8e / 10e On door

KIDS I Des courts métrages d’animation du Studio Kanoon-Iran à destination des familles.

BOOKSHOP I Avec le concours de la librairie Tropismes.

https://www.galeries.be/lheure-dhiver-2018/

Article "L'art iranien fait de la résistance" - L'Echo Belgique
https://www.lecho.be/actualite/tablet/L-art-iranien-fait-de-la-resistance/9978147
« Modifié: mars 04, 2018, 02:46:16 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Europe (hors-France) : évenements culturels
« Réponse #74 le: février 02, 2018, 04:45:28 pm »
Samedi 3 février à 19h30, à Glasgow (Ecosse)

Dans le cadre du Festival "Celtic Connections"
Old Blind Dogs and Pipes & Ney Anban: An exploration of piping in Scotland and Iran



Scottish quartet Old Blind Dogs were but young pups, formed in 1990, when the first festival happened. The secret to their longevity, over the course of various line-up changes, is the dynamic equilibrium they’ve so skilfully sustained between continuity and innovation, as each reconfiguration injects fresh possibilities, while still resting on the soundest traditional musicianship, together with the Dogs’ distinguished pedigree.

Piper David Shedden & fiddler Graham MacKenzie collaborate with Iranian Ney Anban players Mohsen Sharifian, Hamid Akbari & Mohammad Faramarzi from Lian Band to create a sound that represents the culture of their instruments and the links between them.

Supported by British Council, Iran Art Research and Iran Music Association

https://www.celticconnections.com/events/Pages/event.aspx?ev=3f8b7adb-47fe-482b-8beb-a811012309a2
« Modifié: février 02, 2018, 04:46:59 pm par Florinda »