Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Auteur Sujet: Yémen : des crimes de guerre dont personne ne parle ou presque ....  (Lu 1829 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5430
    • Voir le profil
Cette soi-disant Euope qui ne dit rien au sujet de cette terrible guerre au Yémen qui dure depuis le mois de mars au Yémen est tout simplement scandaleux ! Que fait le gvt français ??? Il vend des rafales à l'Arabie Saoudite ! S'en fout complètement des soi-disant droits de l'homme ! C'est vraiment scandaleux et révoltant:lipsrsealed:


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lefigaro.fr du 19 août 2015

L'ONU dénonce des raids saoudiens "inacceptables"


L'ONU a dénoncé mercredi un bombardement au Yémen effectué par la coalition conduite par l'Arabie saoudite contre le port d'Hodeida dans l'ouest, point d'entrée vital pour ravitailler ce pays, ravagé par la guerre, en nourriture, médicaments et carburants.

"Ces attaques contreviennent clairement au droit humanitaire international et sont inacceptables", a déclaré le patron des Affaires humanitaires de l'ONU Stephen O'Brien, devant le Conseil de sécurité.

Il s'est dit "extrêmement préoccupé" par les dégâts de ces bombardements susceptibles d'"avoir un lourd impact sur l'ensemble du pays" et d'aggraver la crise humanitaire.

Cette crise se matérialise déjà par la menace d'un manque de nourriture à laquelle sont confrontés quelque 13 millions de Yéménites, soit la moitié des 26 millions d'habitants, selon des chiffres communiqués mercredi par Programme alimentaire mondial (PAM). Six millions de personnes ont besoin d'une aide extérieure d'urgence pour se nourrir, a ajouté le PAM.

"L'ampleur de la souffrance humaine est presque incompréhensible", s'est indigné M. O'Brien, de retour du Yémen.

"J'ai été choqué par ce que j'ai vu", a-t-il déclaré.
« Modifié: août 20, 2015, 09:07:02 am par Parvaneh »
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"

Hors ligne Florinda

  • Archange
  • *****
  • Messages: 9745
    • Voir le profil
Re : Yémen : des crimes de guerre dont personne ne parle ou presque ....
« Réponse #1 le: octobre 10, 2015, 09:22:26 am »
Info ou Intox .... cela pourrait être un début d'explications

La quantité du pétrole présente au Yémen dépasse celle de tous les pays du Golfe

http://purfi.com/2015/09/28/la-quantite-du-petrole-presente-au-yemen-depasse-celle-de-tous-les-pays-du-golfe/

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5430
    • Voir le profil
Re : Yémen .... ENFIN !!!
« Réponse #2 le: octobre 13, 2015, 04:00:30 pm »
Au Yémen, des crimes de guerre dans l'indifférence (leigaro.fr)

Par Eugénie Bastié Mis à jour le 13/10/2015


INFOGRAPHIE/VIDÉO - Amnesty International a dénoncé dans un rapport de multiples violations du droit international par la coalition menée par l'Arabie Saoudite. Dans ce pays en proie depuis six mois à un conflit complexe, c'est un désastre humanitaire qui se joue à huis clos.

C'est la guerre oubliée. Celle qui échappe aux radars journalistiques, braqués vers la Syrie où s'étend l'ombre de l'État islamique. Pourtant, depuis six mois, les bombes pleuvent sur le Yémen. «Des bombes tombent du ciel jour et nuit»: c'est même le titre du rapport publié par Amnesty International le 7 octobre, qui dénonce des crimes de guerre commis par la coalition menée par l'Arabie saoudite.

Six mois de conflits

Ce pays de 27 millions d'habitants, le plus pauvre du monde arabe, n'a jamais été véritablement unifié, et Nord et Sud s'écharpent depuis plus de trente ans. Au Nord, la rébellion chiite des Houthis monte en puissance depuis 2004. Un conflit avant tout politique et économique qui s'habille d'un vernis confessionnel.

En mars 2015, à la demande du président du Yémen Abd Rabbu Mansour Hadi, l'Arabie saoudite déclenche l'opération «Tempête décisive» pour contrer les rebelles Houthis qui progressent dans le pays et se sont emparés en janvier du palais présidentiel à Sanaa, la capitale. L'Arabie saoudite accuse les Houtis d'être aidés en sous-main par l'Iran chiite. Ce conflit entre sunnites et chiites, entre Nord et Sud, est complexifié par la présence d'acteurs terroristes: fief d'al-Qaïda depuis toujours, le Yémen a vu naître sur son sol une branche de l'État islamique, qui a revendiqué un attentat faisant plus de 30 morts à Sanaa le 17 juin dernier. C'est bien le problème lorsqu'on parle du Yémen: il faut une longue introduction pour expliquer même sommairement un conflit dont la complexité ferait passer l'enfer syrien pour un jeu de quilles.

2000 civils tués, des armes interdites utilisées

En tout, le conflit a fait près de 5000 morts dont 2000 civils parmi lesquels 400 enfants. Il y a également 1.5 millions de déplacés à l'intérieur du pays. Ce sont les bombes de la coalition qui tuent le plus de civils. Dans son rapport, Amnesty dénonce «le mépris flagrant pour la vie des civils dont fait preuve la coalition militaire conduite par l'Arabie saoudite». La coalition «Restaurer l'espoir» en marche depuis avril 2015 est composée également du Bahrein, du Qatar, des Émirats arabes unis et reçoit l'appui des Etats-Unis. Amnesty, qui a analysé plus précisemment 13 frappes de la coalition ayant eu lieu entre mai et juillet 2015, met en évidence plusieurs violations du droit international: désignation de villes à large densité de population comme cibles militaires, attaques disproportionnées et indiscriminées, usage d'armes bannies par la communauté internationale.

«Les raids aériens sont fréquents, et utilisent des armes interdites par la communauté internationale» comme les bombes à sous-munitions qui permettent de couvrir d'explosifs l'équivalent d'un terrain de football. Certaines de ces armes auraient été fournies par les États-Unis, indique Amnesty.

Amnesty demande l'établissement d'une enquête internationale indépendante pour faire la lumière des violations par les parties du conflit. Car la résolution déposée par l'Arabie saoudite adoptée par l'ONU à Genève au début du mois d'octobre ne mentionne pas les exactions de la coalition. L'ONG demande également la suspension des transferts d'armes à la coalition. «Les États-Unis et les États qui exportent des armes à l'une des parties au conflit au Yémen sont tenus de veiller à ce que les transferts qu'ils autorisent ne facilitent pas de graves violations du droit international humanitaire.», a ainsi déclaré Donatella Rovera conseillère principale à Amnesty International pour les situations de crise, qui a conduit une mission d'établissement des faits au Yémen.

Chaos humanitaire

«C'est la première fois en 10 ans de missions que je suis plongé dans un tel climat de violence. Même à Gaza, en Côté d'Ivoire, en Somalie ou en Centrafrique, je n'ai jamais vu pareille situation où le conflit ne s'arrête jamais. Les trêves ne sont jamais respectées plus de deux heures. Le quotidien est rythmé par les cris, les pleurs, le sang et les morts.» témoigne Thierry Goffeay, responsable MSF à Aden, sur France Inter.

Guillaume Binet est un des rares photographes à s'être rendu dans un pays hors des radars de l'actualité depuis des mois. Il raconte au Figaro un pays dévasté, en proie à une crise humanitaire sans précédents. «Dans les villes ravagées par les combats, la population est exangue et souffre de malnutrition. Le typhus et la rage sont réapparus. Il n'y a pas d'électricité, pas de téléphone. L'essence est vendue au marché noir, son prix a été multiplié par 400. Seules quelques voitures roulent encore.»

Selon Amnesty, la moitié de la population serait en «insécurité alimentaire», et près de 15 millions de personnes n'auraient pas accès aux soins. Dans le Nord, l'Arabie saoudite bloque les convois humanitaires.

Le patrimoine de l'humanité en danger

Les destructions ne touchent pas seulement les civils, mais aussi le patrimoine mondial de l'humanité.

Le monde entier s'indigne de la destruction de Palmyre par Daech, mais depuis six mois au Yémen, un patrimoine tout aussi extraordinaire est mis en péril par le conflit. Les Houthis ont pilonné Aden, al-Qaïda détruit les tombeaux soufis. La ville de Sanaa, vieille de 3000 ans et inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco a été abîmée.

Certains estiment que les destructions saoudiennes sont délibérées et systématiques et visent à éradiquer le patrimoine antéislamique. «Ce qui est troublant, explique-t-il, c'est que ce patrimoine est très visible et connu. Des destructions intentionnelles de la part des Saoudiens ne seraient pas surprenantes étant donné qu'ils détruisent leur propre patrimoine religieux» expliquait ainsi un archéologue anonyme sur Slate.

Pourquoi tant d'indifférence?

Contrairement à la Syrie qui passionne les journalistes et fait régulièrement la une de l'actualité, le conflit au Yémen est quasiment inexistant dans les médias. «Le Yémen est très peu couvert par les médias. Personne ne connait le Yémen, très peu de journalistes y ont déjà été, contrairement à la Syrie.» explique Nina Walch, responsable d'Amnesty, qui s'agace que la seule indignation médiatique ait eu lieu pour les destructions de patrimoine.

«Le silence médiatique vient sans doute de la grande difficulté à expliquer un conflit extrêmement complexe, voire incompréhensible, mais aussi du danger qu'il y a pour les journalistes à se rendre sur place.», analyse pour sa part Guillaume Binet. «Il n'y a quasiment aucun journaliste. On ne sait pas ce qui se passe, hormis à travers les chaînes arabes (al-Jazeera) qui ont un biais anti-chiite. La seule association humanitaire encore active sur place est MSF. Le CICR (Comité international de la Croix-Rouge) est parti après que deux de ses membres soient tués» explique Guillaume Binet.

http://www.lefigaro.fr/international/2015/10/13/01003-20151013ARTFIG00176-au-yemen-des-crimes-de-guerre-dans-l-indifference.php
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"

Hors ligne amir

  • Prince
  • ***
  • Messages: 2259
    • Voir le profil
Re : Yémen : des crimes de guerre dont personne ne parle ou presque ....
« Réponse #3 le: octobre 13, 2015, 07:28:14 pm »
J'aime déjà pas le régime politique de notre pays, mais alors les dirigeants saoudiens, eux, je serais capable de les mettre sur l'orbite de Mercure si j'en avais les moyens....

Hors ligne amir

  • Prince
  • ***
  • Messages: 2259
    • Voir le profil
Re : Yémen : des crimes de guerre dont personne ne parle ou presque ....
« Réponse #4 le: octobre 13, 2015, 07:32:20 pm »
ça aussi,ça m'enerve.... :angry:

Ce mardi 13 octobre, le Premier ministre français Manuel Valls et une partie de son gouvernement sont à Riyad, où doivent être annoncés plusieurs milliards d’euros de contrats, au profit d’entreprises françaises. Dans les crises du Moyen-Orient, la France et l’Arabie saoudite ont des positions très proches concernant la Syrie, l’Iran ou encore le Yémen. A Paris, on assure que la question des droits de l’homme n’est pas oubliée lors des discussions avec les officiels saoudiens.

Le terme « lune de miel » a souvent été utilisé ces derniers mois pour décrire la relation entre la France et l’Arabie saoudite. Cette entente s’est notamment exprimée en mai dernier, lorsque François Hollande a été l’invité d’honneur d’un sommet du CCG, le Conseil de coopération des pays du Golfe.

Ce mardi, c’est donc au tour du Premier ministre Manuel Valls de faire escale à Riyad, accompagné par plusieurs membres de son gouvernement dont Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Jean-Yves Le Drian (Défense). « On a effectivement l’impression qu’il existe un axe entre Paris et Riyad. La France est le bénéficiaire involontaire des relations de plus en plus difficiles entre l’Arabie saoudite et les Etats-Unis », analyse l’historien Jean-Paul Burdy, maître de conférences à Sciences Po Grenoble.

L’alliance entre le Royaume et les Etats-Unis reste d’actualité, mais les Saoudiens ne digèrent pas le bilan de l’administration Obama dans la région. La liste des reproches est longue, qu’il s’agisse des efforts américains pour conclure l’accord nucléaire avec l’Iran, de la volte-face syrienne de Washington qui a renoncé à frapper le régime de Bachar el-Assad en 2013 ou du lâchage du président égyptien Hosni Moubarak en 2011.

Convergences sur les crises régionales

Sur cette relation américano-saoudienne distendue, la France joue donc sa partition, d’autant que les sujets de convergence ne manquent pas. A propos de la Syrie, Paris et Riyad s’affichent dans le camp de ceux qui refusent aujourd’hui tout compromis avec Bachar el-Assad. A Riyad, on se souvient aussi de la fermeté de la France dans les négociations sur le nucléaire iranien. Cette entente s’exprime également à propos du Yémen, de l’Irak ou encore du Liban. Car depuis l’accession au pouvoir du roi Salman cette année, la priorité de l’Arabie saoudite est clairement réaffirmée : il s’agit de lutter sur tous les terrains contre l’Iran et ses alliés.

La convergence franco-saoudienne « peut poser des problèmes, selon l’ancien diplomate français Denis Bauchard, car dans le grand affrontement entre sunnites et chiites et par delà entre l’Arabie saoudite et l’Iran, la France peut donner l’impression d’avoir choisi son camp ». Aujourd’hui conseiller spécial sur le Moyen-Orient à l’IFRI, Denis Bauchard ajoute : « C’est un peu contraire à la tradition politique française qui a toujours évité de prendre un parti trop net dans ces affrontements. Même si les relations avec l’Iran ont parfois été très difficiles, il n’y a jamais eu autant le sentiment que l’on se ralliait au camp sunnite. »

De gros contrats en perspective

Cette entente politique entre la France et l’Arabie saoudite s’accompagne de gros contrats en perspective pour l’économie française. En mai dernier, les dirigeants français ont annoncé des négociations commerciales portant sur « plusieurs dizaines de milliards d’euros » dans les domaines de l’armement, de la santé, des infrastructures ou encore des transports.

En juin dernier, lors de la visite à Paris du ministre de la Défense saoudien Mohammed Ben Salmane, environ 10 milliards d’euros de contrats ont été confirmés. La suite doit donc être annoncée à Riyad ce mardi. Airbus, Veolia ou encore Thalès pourraient figurer parmi les entreprises bénéficiaires de ces signatures. Près de 200 entreprises françaises accompagnent le Premier ministre Manuel Valls pour le forum franco-saoudien.

Les droits de l’homme oubliés ?

Dans ce contexte, entend-on encore la France dénoncer les violations des droits de l’homme dans le royaume ? Ces derniers mois, la diplomatie française a souvent été critiquée, car jugée trop discrète, notamment à propos de l’usage de la peine de mort en Arabie saoudite - plus de 130 exécutions depuis le début de l’année. « La France défend partout ses principes […] nous sommes résolument opposés à la peine de mort », assurait le Premier ministre Manuel Valls ce dimanche en Jordanie, avant de s’envoler pour Riyad.

Parmi les cas emblématiques de cette situation, celui du jeune Saoudien de confession chiite, Ali al-Nimr. Il a été condamné à être décapité et son corps doit ensuite être crucifié, selon le verdict du tribunal. Dans l’entourage de Manuel Valls, on assure que le Premier ministre français va demander un geste de « clémence » aux autorités saoudiennes.

La politique régionale de l’Arabie saoudite et ses conséquences humanitaires sont également critiquées par les ONG. Action contre la faim rappelle ainsi le lourd bilan des frappes menées au Yémen par la coalition arabe dirigée par le royaume saoudien depuis mars 2015. ACF s’alarme du silence de la France et regrette de voir « la diplomatie économique française prendre le pas sur l’impératif humanitaire au Yémen ».

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5430
    • Voir le profil
Re : Yémen : un hôpital de MSF touché
« Réponse #5 le: octobre 27, 2015, 01:25:17 pm »
ET PERSONNE NE DIT RIEN !!!

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Figaro le 27 octobre 2015


Yémen: un hôpital de MSF touché par des raids aériens

Un hôpital yéménite dirigé par Médecins sans frontières (MSF) a été touché par des frappes aériennes de la coalition arabe sous conduite saoudienne, a fait savoir aujourd'hui l'ONG caritative.

«Les installations de MSF à Saada au Yémen ont été touchées par plusieurs raids aériens hier soir, alors qu'il y avait des patients et du personnel à l'intérieur», a déclaré aujourd'hui MSF sur Twitter. «Les raids aériens ont provoqué la destruction de la totalité de l'hôpital, avec tout ce qui se trouvait à l'intérieur - instruments, matériel médical - et se sont soldés par plusieurs blessés légers», a déclaré Ali Moughli, le médecin qui dirige l'hôpital Hidane.

Une coalition arabe mène depuis le 26 mars dernier des opérations aériennes contre les miliciens chiites Houthis, afin de rétablir au pouvoir le président Abd-Rabbou Mansour Hadi. Les Houthis contrôlent la capitale Sanaa depuis septembre 2014 et sont appuyés par des éléments de l'armée fidèles à l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh. Début octobre un hôpital MSF avait été bombardé à Kunduz en Afghanistan. 22 personnes ont perdu la vie lors du bombardement.
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5430
    • Voir le profil
Re : Yémen : des crimes de guerre dont personne ne parle ou presque ....
« Réponse #6 le: février 28, 2016, 01:04:20 pm »
C'est mieux que rien, bien qu'inefficace.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Le Parlement européen réclame un embargo sur les ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Le Monde.fr avec AFP | 25.02.2016


Le Parlement européen a réclamé, jeudi 25 février, un embargo sur les livraisons d’armes des pays de l’Union européenne à l’Arabie saoudite. Cette demande a été adressée à la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères, Federica Mogherini, dans le cadre d’une résolution adoptée par les eurodéputés à une large majorité lors d’une séance plénière à Bruxelles.

Les membres du Parlement européen condamnent ainsi « les frappes aériennes de la coalition menée par l’Arabie et le blocus naval qu’elle a imposé au Yémen, qui ont conduit à des milliers de morts, et ont encore déstabilisé davantage » le pays.

Cette décision fait suite à une demande du groupe des Verts-Alliance libre européenne. Dans un communiqué, les eurodéputés écologistes Eva Joly et Pascal Durand ont exprimé leur satisfaction :

« La demande d’un embargo européen sur la vente d’armes à l’Arabie saoudite est une première historique et reflète l’exaspération de plus en plus d’Européen-nes quant à l’impunité avec laquelle l’Arabie saoudite massacre des milliers de civils au Yémen. »
Par l’intermédiaire d’un autre communiqué, l’organisation humanitaire Action contre la faim s’est aussitôt réjouie que l’UE « reprenne enfin la parole sur cette crise, l’une des plus graves actuellement dans le monde ».

Cette résolution n’a pas de caractère contraignant mais, pour Mike Penrose, directeur général d’Action contre la Faim France, elle représente « un signal à tous les Etats membres, les invitant à sortir du silence et à ne plus participer au désastre humanitaire en cours au Yémen ».

L’Arabie saoudite conduit depuis mars 2015 une coalition arabo-sunnite au Yémen contre les rebelles chiites houthistes, accusés d’être soutenus par l’Iran. Ces derniers, depuis leur fief de Saada, ont pris le contrôle de nombreuses régions dont la capitale yéménite, Sanaa.

L’ONU fait part d’« informations inquiétantes »

Le gouvernement reconnu par la communauté internationale siège à Aden, dans le sud du pays, bien que ses dirigeants les plus en vue séjournent souvent à Riyad pour des raisons de sécurité. Le conflit au Yémen a déjà fait plus de 6 100 morts, pour près de la moitié des civils, et environ 30 000 blessés, selon l’ONU.

Les principaux pays de l’Union européenne ont livré récemment des bombes, équipements ou signé des contrats d’armements, même si les Etats-Unis restent le premier fournisseur d’armes de l’Arabie saoudite, avec des ventes atteignant 90 milliards de dollars entre 2010 et 2014 selon le Congrès.

Selon l’ONG Avaaz, dont une pétition en ligne a recueilli 750 000 signatures, le Royaume-Uni a ainsi autorisé en 2015 la vente d’avions de combat et de bombes téléguidées Paveway.
La France a signé en octobre 2015 des contrats avec l’Arabie saoudite dans les secteurs maritime et militaire dont la valeur est estimée à plus de 10 milliards d’euros, précise Avaaz.

L’ONU s’était, quant à elle, inquiétée début janvier de l’usage de bombes à sous-munitions au Yémen par la coalition arabe emmenée par Riyad, affirmant avoir reçu des « informations inquiétantes » sur leur usage durant des attaques contre des zones résidentielles et des bâtiments civils à Sanaa le 6 janvier. Son secrétaire général, Ban Ki-moon, avait mis en garde l’Arabie saoudite, rappelant que cela « pourrait constituer un crime de guerre ».

http://www.lemonde.fr/international/article/2016/02/25/le-parlement-europeen-reclame-un-embargo-sur-les-ventes-d-armes-a-l-arabie-saoudite_4871888_3210.html
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5430
    • Voir le profil
Re : Yémen : des crimes de guerre dont personne ne parle ou presque ....
« Réponse #7 le: juin 03, 2016, 01:53:18 pm »
Je sais que je me répète, mais quels médias parlent de ce qui se passe au Yémen, mis à part Euronews et les médias russes ?

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



L'Onu accuse la coalition arabe de bombarder les enfants au Yémen


Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a placé jeudi la coalition arabe menée par l'Arabie saoudite sur sa liste noire des pays violant les droits des enfants, l'accusant d’être responsable de la mort de centaines de mineurs au Yémen.


Le rapport annuel de l'Onu épingle également les rebelles chiites houthis, qui contrôlent la capitale yéménite Sanaa. Le texte détaille le sort des enfants victimes de conflits armés en 2015 dans 14 pays.

60 % des 785 enfants tués et des 1 168 mineurs blessés en 2015 au Yémen ont été victimes des actions de la coalition menée par l'Arabie saoudite afin de lutter contre les rebelles houthis, selon le rapport.

"La situation au Yémen s'est montrée particulièrement préoccupante avec une multiplication par cinq du nombre d'enfants recrutés (pour participer aux combats) et six fois plus d'enfants tués et blessés par rapport à 2014", souligne le bureau de la représentante dans un communiqué cité par l'AFP.

Sur les 762 cas de recrutements d'enfants soldats recensés par l'Onu, le rapport indique que 72% d'entre eux ont été recrutés par les Houthis, 15% par les forces pro-gouvernementales et 9% par le groupe terroriste Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa).

La coalition arabe, conduite par Riyad, a lancé fin mars 2015 une campagne militaire contre les rebelles houthis pour stopper leur avancée dans le sud du Yémen. Les Houthis, alliés aux partisans de l'ex-président déchu Ali Abdallah Saleh, contrôlent de larges pans du territoire yéménite.


https://fr.sputniknews.com/international/201606031025532639-onu-yemen-arabie-enfants/
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5430
    • Voir le profil
Re : Yémen : des crimes de guerre dont personne ne parle ou presque ....
« Réponse #8 le: juin 09, 2016, 07:51:02 pm »
BFM TV du 09 juin 2016


Yémen: Ban Ki-moon se plaint de "pressions injustifiées" de Ryad concernant le droit des enfants



Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a dénoncé ce jeudi des "pressions injustifiées" de Ryad pour l'obliger à retirer la coalition menée par l'Arabie saoudite au Yémen d'une liste noire de pays violant les droits des enfants.

Ban Ki-moon a confirmé à la presse que parmi ces pressions, figuraient des menaces de "supprimer des financements à plusieurs programmes de l'ONU".


"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5430
    • Voir le profil
Re : Yémen : des crimes de guerre dont personne ne parle ou presque ....
« Réponse #9 le: septembre 27, 2016, 05:00:52 pm »
Yémen: MSF accable la coalition arabe


Par lefigaro.fr
avec AFPMis à jour le 27/09/2016



L'organisation Médecins sans frontières (MSF) a publié aujourd'hui les résultats d'une enquête sur un raid aérien contre un hôpital qu'elle soutenait au Yémen, accusant la coalition arabe sous commandement saoudien de s'être livrée à une attaque "injustifiée".

MSF, qui a conduit sa propre enquête, a appelé à "un changement des règles d'engagement" de la coalition "afin d'assurer la sécurité du personnel médical, des patients, des équipements et des infrastructures" médicales au Yémen. Le raid lancé le 15 août contre l'hôpital d'Abs, dans la province de Hajja (nord) contrôlée par les rebelles chiites Houthis, a fait 19 morts et 24 blessés, provoquant un tollé international. L'aviation de la coalition, qui intervient depuis mars 2015 en soutien au gouvernement yéménite, a multiplié les raids dans les zones tenues par les rebelles. Celui d'août a été lancé "sans avertissement et en l'absence de tout contact avec MSF", écrit l'organisation dans son rapport. L'aviation a pris pour cible un véhicule "civil" se dirigeant vers l'établissement cinq minutes avant le raid meurtrier, selon MSF. C'est ce qu'a confirmé un général saoudien qui a parlé à MSF à Djibouti, affirme l'organisation. Transportant des victimes d'autres raids, le véhicule a été inspecté à l'entrée de l'hôpital par un garde des urgences qui a affirmé qu'il n'y avait pas d'armes ou de tenues militaires à bord, selon le rapport.

"L'explosion a été très puissante et a été ressentie à travers l'hôpital dont les vitres ont volé en éclats", selon ce document.

"Treize des morts ont été touchés par des éclats, deux personnes sont mortes brûlées vives dans le véhicule, dont un enfant, et des restes humains des quatre autres victimes ont été trouvés".

MSF a décidé après l'attaque de retirer son personnel de six hôpitaux du nord, ce qui a affecté, selon elle, la qualité des services médicaux proposés aux Yéménites. Selon l'organisation, qui dénonce une "violation du droit international humanitaire", la coalition avait les données GPS de l'hôpital. MSF a toutefois noté quelques progrès de la coalition, comme des enquêtes sur des bavures présumées. Celle-ci a annoncé une enquête sur l'attaque, mais ses résultats n'ont pas encore été publiés.


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/09/27/97001-20160927FILWWW00253-yemen-msf-accable-la-coalition-arabe.php
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5430
    • Voir le profil
Re : Yémen : des crimes de guerre dont personne ne parle ou presque ....
« Réponse #10 le: octobre 10, 2016, 06:59:13 pm »
Il a fallu que la coalition arabe fasse un énième carnage pour faire parler de cette guerre en occident !!!


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


"Climat d'impunité" au Yémen selon l'ONU

Par Lefigaro.fr avec ReutersMis à jour le 10/10/2016



Le Haut Commissaire de l'Onu pour les droits de l'homme a dénoncé aujourd'hui le "climat d'impunité" qui règne au Yémen en l'absence d'une enquête internationale sur les probables crimes de guerre commis dans ce pays. Zeid Ra'ad al Hussein s'exprimait après la mort de 140 personnes tuées par un tir de missile alors qu'elles assistaient samedi à une veillée funèbre à Sanaa, la capitale yéménite.

Le Haut Commissaire a notamment dénoncé l'attitude de pays membres du Conseil de l'Onu pour les droits de l'homme qui se sont opposés à la mise en place d'une mission d'enquête sur les crimes commis au Yémen. Membre de ce conseil, l'Arabie saoudite a pris la tête d'une coalition de pays arabes et mène au Yémen une guerre contre les miliciens chiites houthis et les partisans de l'ancien président Ali Abdallah Saleh appuyés par l'Iran.

Après la Syrie et l'Irak, le Yémen est devenu le nouveau théâtre de la rivalité régionale entre le régime sunnite saoudien et le régime chiite iranien. "L'incapacité du Conseil des droits de l'homme à adopter une mesure décisive en ouvrant une enquête internationale contribue à un climat d'impunité et les violations se poursuivent de manière régulière", a déploré Zeid.

Cette position a été reprise de manière plus explicite par le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, qui a estimé que des responsabilités devaient être établies pour le "comportement épouvantable" des parties en présence dans ce conflit.

"Les attaques aériennes de la coalition sous direction saoudienne ont déjà provoqué un immense carnage et détruit la majeure partie des installations médicales du pays ainsi que d'autres infrastructures civiles essentielles", a-t-il déclaré devant la presse.

Depuis que le conflit a pris une dimension internationale avec l'engagement de l'Arabie saoudite, plus de 4.000 civils ont été tués et plus de 7.200 ont été blessés, précise un communiqué de l'Onu.

Le bilan pour les dix premiers jours d'octobre est de 369 morts civils, soit trois fois plus que sur la même période en septembre, et de 379 blessés. L'Iran réclame pour sa part que l'Arabie saoudite et ses alliés de la coalition soient tenus responsables de crimes de guerre commis depuis un an et demi au Yémen, a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif.

Cette déclaration est contenue dans une lettre adressée à Ban Ki-moon et dont le contenu est évoqué par la chaîne Press TV. Dans son courrier, Zarif demande également que l'Iran soit autorisé à envoyer un avion d'aide humanitaire à Sanaa.
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5430
    • Voir le profil
Re : Yémen : des crimes de guerre dont personne ne parle ou presque ....
« Réponse #11 le: juillet 23, 2017, 12:36:01 pm »
22 juillet 2017


La crise humanitaire au Yémen, "une honte pour l'humanité" (ONG)



SANAA (AFP) -

Le chef de l'ONG Care International a estimé samedi que la crise humanitaire au Yémen, un pays pauvre déchiré par la guerre et frappé par une épidémie de choléra, est "une honte pour l'humanité".

"Nous sommes au XXIe siècle et la situation actuelle est une honte indéniable pour l'humanité", a affirmé Wolfgang Jamann lors d'une conférence de presse à Sanaa, au terme d'une mission de cinq jours au Yémen.

Le pays est ravagé depuis plus de deux ans par une guerre qui oppose les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenues par une coalition arabe sous commandement saoudien, à des rebelles chiites Houthis alliés aux partisans de l'ancien président Ali Abdallah Saleh.

"Des milliers de civils ont été tués depuis le début du conflit et des millions d'autres ont été déplacés", a indiqué M. Jamann.

"De nombreuses régions sont au bord de la famine (...), 60% du pays est en situation d'insécurité alimentaire et plus de la moitié de la population n'a pas accès à l'eau potable", a-t-il ajouté.

Il a exhorté la communauté internationale à "se solidariser avec le Yémen" pour "mettre fin aux souffrances" de ses quelque 27 millions habitants.

Depuis l'intervention en mars 2015 de la coalition arabe, les combats ont fait plus de 8.000 morts, majoritairement des civils, et plus de 44.500 blessés. La situation s'est encore dégradée avec l'apparition d'une épidémie de choléra dans le pays où près de 370.000 cas suspects ont été enregistrés et 1.828 personnes en sont décédées.

http://www.france24.com/fr/20170722-crise-humanitaire-yemen-une-honte-lhumanite-ong
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"

Hors ligne Florinda

  • Archange
  • *****
  • Messages: 9745
    • Voir le profil
Re : Yémen : des crimes de guerre dont personne ne parle ou presque ....
« Réponse #12 le: juillet 31, 2017, 12:50:04 pm »

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5430
    • Voir le profil
Re : Yémen : des crimes de guerre dont personne ne parle ou presque ....
« Réponse #13 le: juillet 31, 2017, 02:05:29 pm »
Comment peut-on supporter ce genre de crime ? J'imagine qu'on arrive à "supporter" ça en étouffant sa conscience.

Et il n'y a pas que la ligue arabe qui bombarde, mais les Etat-Unis aussi. Et ceci dure depuis mars 2015 !!! L'Union Européenne qui donne des leçons de morale au monde entier devrait ouvrir s'y intéresser de plus près !
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5430
    • Voir le profil
Re : Yémen : des crimes de guerre dont personne ne parle ou presque ....
« Réponse #14 le: septembre 30, 2017, 08:24:18 am »
L'Onu crée une commission d'enquête indépendante sur le Yémen

Par  Le Figaro.fr avec Reuters   Mis à jour le 29/09/2017


Les Nations unies ont décidé aujourd'hui de constituer une commission d'enquête indépendante sur les atteintes présumées aux droits de l'homme commises au Yémen. La résolution, fruit d'un compromis entre Etats occidentaux et arabes, a été adoptée par consensus, sans vote, par les membres du Conseil des droits de l'homme de l'Onu. Elle a été acceptée par la délégation yéménite.

Le Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, à qui il incombe de choisir les experts qui formeront cette commission, réclamait depuis des années une enquête internationale indépendante sur le conflit au Yémen. "Nous pensons que cette requête urgente ne pouvait pas être ignorée plus longtemps", a déclaré l'ambassadrice des Pays-Bas auprès du Conseil des droits de l'homme, Monique T.G. Van Daalen.

"Une enquête internationale crédible est nécessaire afin d'établir de manière exhaustive, transparente, indépendante et impartiale les faits et circonstances entourant ces violations, et ce, dans l'optique de mettre un terme au cycle de l'impunité au Yémen et de contribuer à éviter des violations ultérieures", a ajouté la diplomate, s'exprimant au nom du groupe des Etats occidentaux.

Depuis le déclenchement, en mars 2015, de l'intervention saoudienne en soutien au gouvernement yéménite, la guerre contre les rebelles Houthis, proches de l'Iran, a fait au moins 10.000 morts, dont une moitié de civils, selon des chiffres de l'Onu. L'ONG Human Rights Watch, qui accuse la coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite de crimes de guerre au Yémen , s'est félicitée de cette adoption. "Après plus de deux ans d'impunité pour les crimes épouvantables au Yémen, ce jour pourrait constituer un tournant", a réagi John Fisher, directeur de HRW à Genève.

"Des Etats membres de l'Onu ont indiqué clairement à la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, aux forces Houthis-Saleh (ndlr, du nom de l'ex-président Ali Abdallah Saleh) et aux autres parties au conflit que le monde ne resterait plus silencieux tandis que des maisons sont bombardées, que des êtres chers sont enlevés, que leurs enfants sont tués ou mutilés par des armes d'emploi aveugle comme les bombes à fragmentation et les mines antipersonnel", ajoute-t-il dans un communiqué.
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"