Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Auteur Sujet: Iran : événements culturels (plutôt francophones)  (Lu 1177 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Iran : événements culturels (plutôt francophones)
« le: septembre 26, 2016, 07:52:42 pm »


Colloque franco-iranien de littérature générale et comparée
Mashhad, septembre 2016


Imagologies en miroir : France-Iran

Organisateurs : Mohammad Reza Farsian et  Jeanyves Guérin

La France et l’Iran se connaissent depuis le 13e siècle, et contrairement à d’autres pays européens, les contacts entre les deux pays ont toujours été plus culturels que politiques ou économiques. Ils ont connu leur apogée aux 19e et 20e siècles, puis se sont compliqués à partir de 1979. Aujourd’hui, la connaissance de l’Iran par le « Français moyen » est extrêmement limitée et souvent brouillée par les stéréotypes et les clichés. La connaissance de la France par les Iraniens est assurément meilleure, mais a souffert du manque de relations culturelles durant plusieurs décennies. En définitive, le regard que les deux nations portent l’une sur l’autre est actuellement assez ambigu, entre admiration et rejet : l’Iran est perçu par les Français tantôt comme une civilisation multimillénaire et sophistiquée, tantôt comme une théocratie inquiétante ; le regard porté sur la France par les Iraniens oscille entre sa glorification comme pays des arts et des acquis politiques, et la condamnation de ses prises de position à l’égard de l’Iran.

Cette constatation nous a conduits à privilégier l’imagologie comme thème de ce premier colloque, en espérant que l’étude des représentations de l’Autre nous permettra de prendre conscience de la complexité des éléments à la fois intellectuels et affectifs, objectifs et subjectifs qui président au regard porté sur cet « autre » qu’il serait plus juste de percevoir comme « autrui ». L’imagologie est l’une des activités de prédilection de l’école française de littérature comparée, et elle a également connu un certain succès en Iran. Elle étudie les relations entre les écrivains et les pays étrangers telles qu’elles se traduisent dans les œuvres littéraires. Pluridisciplinaire, elle entretient des liens étroits avec l’histoire littéraire classique, les études de réception, l’histoire des idées et des mentalités, la sociologie culturelle, les Post-colonial et Cultural Studies.

Comment les Iraniens se représentent-ils la France et les Français ? Et réciproquement comment les Français perçoivent-ils l’Iran et les Iraniens ? Pourquoi se voient-ils ainsi ? Ce sujet n’a pas encore été très étudié, en particulier dans sa dimension réciproque, et l’ouvrage de Laetitia Nanquette, consacré aux représentations littéraires et culturelles de la France et de l’Iran après la Révolution islamique fait ici office de pionnier. Les travaux envisageant l’image de l’Iran et des Iraniens dans la littérature française ou, au contraire l’image de la France et des Français dans la littérature persane sont encore peu nombreux.

Axes proposés :

1. Thèmes imagologiques : représentation et écart, stéréotypes et mythes (essentialisme et dichotomie, confusion entre nature et culture), examen du lexique, système des personnages et types littéraires, relations hiérarchiques, exotisme et imaginaire, altérité, identité, acculturation et déculturation, aliénation culturelle, opinion publique, méta-images.

2. Diffusion des images : traduction, discours critique, circuits éditoriaux, presse.

3. Les médiateurs de l’ « entre-deux » : voyageurs, exilés et migrants, entre admiration, rejet, intégration et réconciliation.

4. Le rôle des contacts entre littératures dans l’élaboration des poétiques : formes et genres entre emprunt, appropriation, modélisation, confrontation, transposition ; histoire et systèmes littéraires ; théorie du polysystème ; intertextualité.

5. Les outils d’appréhension et d’interprétation de l’altérité : l’imagologie, l’esthétique de la réception, les post-colonial studies, les area studies.

http://litcpf.um.ac.ir/index.php?module=htmlpages&func=display&pid=128
« Modifié: juillet 03, 2017, 04:27:41 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels francophones
« Réponse #1 le: janvier 25, 2017, 03:40:05 pm »
Le 26 janvier à 17h, à Téhéran

Pour sa 2ème édition "La Nuit des idées" mobilise le 26 janvier, dans le monde entier, le réseau des Instituts français à l’étranger et ses partenaires, témoignage de leur vitalité et de leur inventivité dans le domaine du débat d’idées, à travers de nombreux débats, rencontres, performances d’artistes, expositions... plus de 40 pays, 50 villes, une centaine de lieux proposeront des évènements autour d’une thématique commune : « Le monde commun », dont à Téhéran à 17h à la Revue Bokhara



Intervenants
- Ali DEHBASHI, Directeur de la revue Boukhara, Iranien
- Daryush SHAYEGAN, Philosophe et romancier, Iranien
- François Sénémaud, Ambassadeur de France en Iran, Français
- Marine Fromanger, Docteur en histoire de l'art et archéologie de l'Université d'Aix-en-Provence, Française
- Dominique Carnoy, Maître de conférences en littérature française, Française
- Mahshid Nonahali, Auteure, Iranienne
- Jamshid PARTOVI, Professeur à l'Université Ferdowsi Mashhad, Iranien
- Esfandiar ESFANDI, Professeur Assistant à l'Université de Téhéran, Iranien

Modérateur :  Ali DEHBASHI

Si les écrivains français ayant séjourné en Perse sont très connus, les écrivains iraniens ayant vécu en France, voire choisi le français comme langue d'écriture le sont beaucoup moins.
A travers des débats littéraires, cette première Nuit des Idées en Iran, organisée en partenariat avec la prestigieuse revue Boukhara, propose une réflexion sur la façon dont la littérature française et la littérature iranienne se sont enrichies des voyages, expériences et rencontres croisées des auteurs entre la France et l'Iran.
Rendez-vous le 26 janvier 2017 à 17h30 à la salle de conférences du centre de la littérature persane, à Téhéran, en Iran.



https://www.lanuitdesidees.com/map/la-nuit-du-voyage-litteraire
« Modifié: janvier 26, 2017, 11:41:23 am par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels francophones
« Réponse #2 le: janvier 27, 2017, 07:16:55 pm »
Le 35ème Festival de Théâtre Fajr, qui se tient à Téhéran jusqu'au 31 janvier, accueille 3 compagnies théatrales françaises : Tacotac, Pyramid et Litecox



« Modifié: janvier 27, 2017, 07:21:21 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels francophones
« Réponse #3 le: février 09, 2017, 03:50:33 pm »
10 au 17 février, à Kashan

Théâtre : Une semaine française à Kashan


« Modifié: février 09, 2017, 04:00:43 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels francophones
« Réponse #4 le: avril 18, 2017, 12:19:26 pm »
Jeudi 20 avril à 16h, Téheran

L’Institut français de Recherche en Iran organise une conférence de M. Mathieu TERRIER, historien et philosophe, sur un chef-d’œuvre méconnu de la renaissance philosophique en Iran safavide : le Maḥbûb al-qulûb de Quṭb al-Dîn Ashkevarî.

Lieu :
IFRI
Avenue Felestin
rue Nazari- rue Adib n°1
Téhéran

La conférence se fera en français avec traduction en persan.
Le nombre de places étant limité, merci de confirmer votre venue à ifri@ifriran.org ou par téléphone au 0098 21 66 40 11 92.

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels francophones
« Réponse #5 le: avril 18, 2017, 02:59:49 pm »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels francophones
« Réponse #6 le: avril 20, 2017, 12:20:46 pm »
Bon c'est pas très culturel, mais je le mets ici

Samedi 22 avril à 14h à Téheran

Discussion-débat sur les élections présidentielles françaises


Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels francophones .. ou pas
« Réponse #7 le: juillet 03, 2017, 01:52:17 pm »
3 juillet au 29 août, à Téhéran

L'exposition de peintures et de sculptures de "Parivz Tanavoli et le lion perse"
retrace l'histoire du lion en Iran depuis le troisième millénaire av. JC jusqu'à l'époque contemporaine.



Parviz Tanavoli est un sculpteur, peintre, érudit et collectionneur d'art iranien.
Il appartient à un groupe d'artistes Saqqakhaneh qui partage une esthétique populaire commune.
Il a été fortement influencé par l'histoire, la culture et les traditions de son pays.
« Modifié: octobre 03, 2017, 11:42:39 am par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels (plutôt francophones)
« Réponse #8 le: octobre 05, 2017, 11:33:39 am »
Teheran - ce mois-ci

Conférences sur les Langues et dialectes en Iran

« Modifié: octobre 05, 2017, 11:40:32 am par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels (plutôt francophones)
« Réponse #9 le: octobre 11, 2017, 10:28:09 am »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels (plutôt francophones)
« Réponse #10 le: octobre 24, 2017, 09:38:16 am »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels (plutôt francophones)
« Réponse #11 le: novembre 06, 2017, 03:37:06 pm »
12 et 14 novembre 2017, Téhéran et Esfahan



Dimanche 12 novembre 2017
Lieu : Maison safavide, à Ispahan


9h00-10h00 : Rencontre des participants autour d’un petit-déjeuner offert par l’IFRI

10h00-10h45 : Mot d’accueil du président de la maison safavide
- Ouverture des Journées par le Conseiller de coopération et d’Action culturelle, Ambassade de France en Iran
- Discours d’ouverture de M. Franck Mermier, anthropologue, directeur de recherche au CNRS-(Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, IRIS, Paris, France) : Cosmopolitisme, villes et circulations culturelles.

10h45-11h00 : Pause

11h00-12h30 : Panel n°1 : Quelle circulation : humaine, artistique, commerciale ?
- Modérateur : Jamel Oubechou
- Alice Bombardier (Chercheuse associée au CADIS (EHESS-CNRS), Les pionniers de la Nouvelle peinture en Iran : circulations et métissages à l'étranger et par l'étranger
- Siamak Delzendeh (Critique d’art), L’influence des mobilités sur l’historiographie de l’art visuel iranien
- Silvia Naef (Université de Genève), Shaker Hassan Al Said et la hurufiyya – un mouvement « local » aux racines transnationales ?

12h30-14h00 : Déjeuner à la Maison safavide

14h00-15h30 : Panel n°2 : Mobilité et frontière comme matière de la création artistique
- Modérateur : Siamak Delzendeh
Discussion
- Amir Ali Ghasemi (Commissaire d’exposition, Téhéran)
- Ghazel (Artiste, Téhéran-Paris)
- Projection du film Liquid Traces: The Left-to-Die Boat Case, de Charles Heller et Lorenzo Pezzani, 17 min, 2014

15h30-17h00 : Panel n°3 : Mobilité des artistes et circulation des œuvres : quels acteurs ?
- Modérateur : Amin Moghadam
Discussion
- Rose Issa (Curatrice et spécialiste de l’art iranien et arabe)
- Béatrice Simonet (Directrice de la programmation à la Friche Belle de Mai), La Friche la Belle de Mai, un laboratoire artistique depuis 20 ans
- Hamidreza Pejman (Pejman Foundation)

17h00 : Présentation des conclusions de la première journée par les trois modérateurs

Mardi 14 novembre 2017
Lieu : Fondation d’art Kaaf, Téhéran


9h15-9h30 : Mot d’accueil de M. Sadra Keyhani, directeur de la fondation Kaaf

9h30-11h00 : Panel n° 4 : Les résidences d’artiste
- Modérateur : Alice Bombardier
Discussion
- Esmeralda Kosmatopoulos, Comment peut-on être Persan ?
- Roshanak Roshanaee Roshanaee (Kooshk Residency, Tehran), Le rôle efficace des résidences dans la mobilité des artistes et les coopérations sans frontières
- Samira Hashemi (“VA Space” et résidence d’artiste à Ispahan) et Mona Babaee (Artiste à Ispahan), Mobilité et expérience

11h00-11h15 : Pause

11h15-13h00 : Panel n°5 : Mobilité, production artistique et dynamiques humaines
- Modérateur : Serge Weber
- Shahnaz Salami (Doctorante, Institut d'étude politique de Lyon/ Université Lumière Lyon 2), La circulation des Iraniens à l'étranger : naissance d'un marché informel de films et d'un système du droit d'auteur dans le cinéma iranien
- Alireza Labeshka (Critique d’art, commissaire d’exposition à la galerie Kaaf), L’image des réfugiés
- Sonja Moghaddari (Max Planck Institute for the Study of Religious and Ethnic Diversity Göttingen), Aux interstices des incertitudes: Les relations entre professionnels du film iranien en Allemagne
- Pouria Jahanshad, Représentation de la diaspora en Iran à travers le cinéma documentaire : cas des immigrés afghans

13h00-14h15 : Déjeuner

14h15-16h30 : Panel n°6 : Mobilité régionale, nouvelles sociabilités et circulation des idées
- Modérateur : Shahnaz Salami
- Fariba Adelkhah (Anthropologue, Paris, Sciences Po-CERI), Le pèlerinage des chiites iraniens sur les lieux saints d'Irak : Arbaine, ou le softpower de la RII, entre business et politique
- Amin Moghadam et Serge Weber, Circulation régionales et production de nouveaux espaces de sociabilité ici et là-bas. Présentation du numéro de la revue Hommes et Migrations
- Mina Saidi (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris, la Villette, chercheure associée à l’IFRI), Influence des modèles urbains et architecturaux turcs sur les modèles iraniens
- Ariane Zevaco (Université Paris-Ouest Nanterre-la défense, ancienne boursière de l’IFRI), Mobilité et la construction des répertoires de musique traditionnelle et savante et classiques en Afghanistan, Iran et Tadjikistan

16h30 :Conclusion des deux journées par Amin Moghadam

http://ifriran.org/mobilites/
« Modifié: novembre 07, 2017, 03:24:40 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels (plutôt francophones)
« Réponse #12 le: janvier 18, 2018, 11:23:31 pm »
Dans le cadre du 33ème Festival du musique Fajr à Téhéran

17 janvier - le Trio Chausson

https://www.triochausson.com/

18 janvier - Manu Katché

http://www.manu-katche.com/actualites.htm

Le batteur Manu Katché dévoile son futur album à Téhéran
Fini le jazz et les cuivres: le batteur compositeur Manu Katché passe à l’électro-soul avec un groupe réduit, et c’est en Iran qu’il lève le voile sur son futur album. “J’ai fait beaucoup de jazz pendant plusieurs années et puis tout d’un coup, prenant de l’âge, j’ai juste eu envie de m’amuser un peu et je me suis dirigé vers ce que vous venez d’entendre et qui est en train d’être enregistré en studio”, a lancé – en anglais – le musicien français de 59 ans au public venu l’écouter jeudi soir au 33e Fajr Music Festival de Téhéran.
Pour ce concert unique, joué à guichet fermé dans la salle aux strapontins rouges et dorures impériales du Vahdat Hall, Manu Katché présente le nouveau groupe qu’il forme avec le bassiste Jérôme Regard et le guitariste Patrick Manouguian: “The Scope”.
Le programme de la soirée n’a été joué “nulle part ailleurs, c’est une grande première donc ça va être intéressant”, a confié Manu Katché dans un entretien accordé à l’AFP avant de monter sur scène.
“Pour moi c’est un vrai privilège parce que je ne suis pas certain qu’il y ait beaucoup de musiciens français qui soient venus ici jouer. J’espère que ça va monter et qu’il y aura un bel échange”, dit-il.
La sauce prend rapidement. Les quelque 750 spectateurs se laissent emporter par une musique entêtante, envoûtante, virant à l’électro-pop avec par moments des accents psychédéliques.
Ayant joué avec le gotha de la chanson française (Jean-Jacques-Goldman, Michel Jonasz, Véronique Sanson, Laurent Voulzy et bien d’autres), Manu Katché a acquis une renommée internationale après avoir accompagné le chanteur britannique Peter Gabriel pour son Album “So” en 1986 et a multiplié les collaborations avec les grand noms de la pop mondiale avant de se lancer dans le jazz en tant que compositeur et interprète.

https://bx1.be/depeches/le-batteur-manu-katche-devoile-son-futur-album-a-teheran/
« Modifié: janvier 20, 2018, 04:03:52 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels (plutôt francophones)
« Réponse #13 le: mars 02, 2018, 09:51:14 pm »
Du 5 mars au 8 juin, à Téhéran
Déjà évoqué sur le fofo, mais même en doublon ça en vaut la peine !



Le musée du Louvre à Téhéran  Trésors des collections nationales françaises
 
Cette exposition Le musée du Louvre à Téhéran constitue un événement culturel et diplomatique de premier plan pour la France et l’Iran. Première exposition d’ampleur organisée par un grand musée occidental en Iran, son ouverture coïncide avec les festivités du 80e anniversaire du musée national d’Iran, crée à la demande des Iraniens par le français André Godard. L’exposition s’inscrit dans le cadre de l’accord signé entre le Louvre et l’ICHHTO (organisation chargée des musées et du patrimoine) lors de la visite en France du président Rohani en janvier 2016.

Réunissant plus de 50 oeuvres issues des différents départements du Louvre et du musée Delacroix, l’exposition présentée au musée national d’Iran à Téhéran illustre la richesse des oeuvres de civilisations et d’époques différentes témoignant de l’universalité du génie humain.

En parallèle de l’exposition à Téhéran, le Louvre organise l’exposition L’Empire des Roses. Chefs-d’oeuvre de l’art persan du 19e siècle sur l’Iran Qajar au Louvre-Lens.

L’exposition Le musée du Louvre à Téhéran retrace l’histoire de la constitution des collections du musée du Louvre, depuis sa création en 1793, jusqu’aux acquisitions contemporaines.

Amateurs d’art éclairés et mécènes, les souverains français ont réuni au palais du Louvre, leur résidence parisienne, puis à Versailles à partir de Louis XIV, de riches collections constituées de peintures, de sculptures et d’antiques qui forment le noyau originel de la collection actuelle du Louvre.

Né de l’idée du musée universel réunissant les chefs-d’oeuvre de l’histoire de l’art mondial, le Museum central des Arts ouvre en 1793 et rend visible pour la première fois, ces chefs-d’oeuvre à un large public. La Révolution puis la période napoléoniennes font affluer vers Paris les grands chefs-d’oeuvre artistiques de France et d’Europe, que complète l’acquisition de prestigieuses collections d’antiques – celle du cardinal Borghèse ou du cardinal Albani par exemple. L’expédition scientifique en Egypte lancée par Napoléon (1798-
1801) n’enrichit pas à proprement parler les collections du Louvre mais annonce l’élargissement des champs d’intérêt et d’étude du musée du Louvre pendant tout le 19e siècle et jusqu’à nos jours.

L’ouverture du musée égyptien en 1827, du musée assyrien en 1847 et d’une « section des arts musulmans » au sein du département des Objets d’art dès 1893, concrétisent tout au long du 19e siècle cet intérêt croissant pour les civilisations du bassin méditerranéen et du monde islamique.

L’enrichissement des collections archéologiques est alors lié au rôle majeur que joua le Louvre dans la découverte et la révélation des grandes civilisations antiques du bassin méditerranéen et à sa participation active, encore au 20e siècle, dans l’exploration archéologique de la Grèce, de l’Egypte, de la Mésopotamie ou de la Perse. De grands achats – tel celui de la collection Campana en 1861 – et des donations prestigieuses permettent également de compléter les collections existantes d’antiquités, de peintures, de dessins, de sculptures et d’objets d’art. Au-delà, le Louvre s’enrichit tout au long du 19e siècle des témoins de l’art de son temps, présentés chaque année au Salon.

Le Louvre d’aujourd’hui est l’héritier de cette histoire, qui guide encore l’enrichissement, jamais interrompu, de sa collection. Chaque oeuvre nouvellement acquise vient ainsi toujours un peu plus enrichir le patrimoine national et parachever l’ambition d’universalité inscrite au coeur même du musée par ses fondateurs.

Histoire des collections iraniennes au Louvre

La coopération archéologique avec l’Empire Perse se met en place au 19e siècle. Cette coopération se traduit par l’autorisation d’un certain nombre d’explorations ou de fouilles archéologiques, notamment sur le site de Suse vers 4200 av. J.-C.

En 1884, un firman (décret royal) autorise les fouilles du français Marcel Dieulafoy et l’exportation des découvertes en France. En 1888 sont aménagées de
nouvelles salles au Louvre pour présenter l’archéologie iranienne. De 1895 à 1927, la France obtient même le monopole des recherches archéologiques dans tout le territoire iranien. Jacques de Morgan succède à Dieulafoy à Suse à partir de 1897. Ses découvertes enrichissent les collections du Louvre de certains de leurs plus grands chefs-d’oeuvre, comme le Code d’Hammurabi. En 1928, le français André Godard (archéologue et architecte) crée les services archéologiques d’Iran (qu’il dirigera jusqu’en 1960) et le musée national d’Iran dont il est l’architecte. Après cette date, la collection d’objets provenant de l’Iran ancien continue de s’enrichir par le principe du partage des fouilles jusqu’en 1973, puis par des achats et des dons.

En dehors des oeuvres archéologiques, c’est au travers des collections royales, à la fin du XVIIe siècle que la première oeuvre de l’Iran médiéval fait son entrée dans les collections du Louvre. Il faut ensuite attendre le dernier tiers du 19e siècle pour que des céramiques médiévales et modernes, des miniatures et des métaux viennent enrichir les collections. Ces dons et acquisitions rejoignent la jeune section d’art islamique, créée en même temps que le département des Objets d’arts, en 1893. En 1905, est ouverte la première salle entièrement consacrée aux arts des civilisations de l’Islam. La collection ne cesse de s’agrandir au cours du siècle. En 1993, le projet du Grand Louvre lui donne une visibilité importante, mais c’est véritablement avec la création d’un département des Arts de l’Islam, en 2003, et l’ouverture des salles dédiées en 2012 que la collection trouve enfin un écrin à sa hauteur.

Les collections iraniennes au Louvre aujourd’hui
Aujourd’hui, les objets iraniens du Louvre sont exposés au sein de deux départements : au département des Antiquités orientales (pour les objets datant du 5e millénaire av. J.C au 7e siècle) et au département des Arts de l’Islam (des débuts de l’Islam au 19e siècle).

Au département des Antiquités orientales, les collections archéologiques iraniennes sont parmi les plus importantes au monde conservées en dehors de l’Iran. Elles sont exposées dans dix salles organisées selon un parcours cohérent suivant une
présentation chronologique.

Au département des Arts de l’Islam, les oeuvres iraniennes sont présentées sur deux niveaux, de manière chronologique et géographique. Au rez-de-cour un espace est consacré aux oeuvres islamiques découvertes à Suse.


http://presse.louvre.fr/le-musee-du-louvre-a-teheran/
« Modifié: mars 18, 2018, 05:27:45 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : Iran : événements culturels (plutôt francophones)
« Réponse #14 le: avril 29, 2018, 02:57:17 pm »
Du 26 avril au 31 mai, à Esfahan

Au Musée d'Art Moderne : exposition photos d'Isabelle Esraghi "Back to my roots
Travail photographique de ces 22 dernières années sur l'Iran



http://www.isabelleeshraghi.com/fr/accueil.html