Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Auteur Sujet: Bon Temps magazine - Couv. Niloufar Banisadr  (Lu 77 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9639
    • Voir le profil
Bon Temps magazine - Couv. Niloufar Banisadr
« le: août 02, 2017, 09:25:47 am »
Magazine trimestriel gratuit, présent sur les villes de Lille, Amiens et Paris, Bon Temps porte un regard libre et thématique sur l’actualité culturelle et les tendances lifestyle.

En couverture du dernier numéro : NILOUFAR BANISADR



De sa jeunesse iranienne, de sa quête d’identité à celle de la mémoire familiale, de son exploration de la figure féminine à son attachement au respect des droits des femmes, de tout cela la photographe Niloufar Banisadr en a fait la matrice de son œuvre. Une œuvre sensorielle, mémorielle, parfois transgressive à appréhender comme un journal où l’émotion prime et d’où surgissent mille et une interrogations. Comme des chapitres, ses autoportraits et séries photographiques de Light She Is à Lettre de Mado viennent compléter, chacun à leur manière, la réflexion de l’artiste sur l’intime et l’universel.


Vous avez passé une partie de votre jeunesse à Téhéran en Iran. Quel regard portez-vous sur ces années ?
Avec 15 ans de recul – j’ai quitté l’Iran en décembre 2002- lorsque je repense à ma jeunesse à Téhéran, je me rends compte qu’à l’époque réaliser nos simples loisirs avec nos amies n’était pas sans angoisse et sans trouble de l’esprit. Par exemple, pour faire la fête chez des amis, il résidait toujours une certaine crainte et nous devions sans cesse penser à baisser la musique et, éviter d’être  trop nombreux. Je me souviens aussi des voyages avec mes amies en bus à travers l’Iran pour découvrir les nombreux monuments et photographier les paysages. L’Iran est un pays à découvrir et les gens sont très accueillants. Ce pays c’est ouvert récemment de nouveau aux touristes venues d’Europe et l’Asie. En hiver, il y a beaucoup d’activités également. Comme aller faire du ski. Le ski était un grand luxe et le loisir le plus exclusif de notre génération, car on peut avoir plus de liberté en haut des pistes et lors des soirées au coin d’un feu. On ressent quelque chose de magique quand on lit ensemble les poèmes d’Hâfez ou que l’on écoute de la musique pop en dansant. Mais lorsque l’on fait la fête chez des amis, que l’on danse ou que l’on écoute les dernière musiques pop occidentales, on apprend en même temps jeune à s’imposer des limites et à bien réfléchir pour éviter des problèmes aux conséquences imprévisibles. Toutefois, je sais pour l’avoir vécu que mes parents et les jeunes d aujourd’hui en Iran bénéficions d’une éducation scolaire d’un niveau excellent, tant dans l’art que la médecine, le commerce, mais aussi dans l’informatique. Pour la jeunesse, il y a beaucoup d’avantages à être en Iran, et ce de plus en plus ces dernières années avec la fin des multiples restrictions bancaires et commerciales.

Quelles furent vos premières émotions artistiques et photographiques ?
Dès l’âge de 5 ans, j’aimais peindre à la crèche. Plus tard, je me suis mise à peindre de façon assez libre, certains diraient « surréaliste » : par exemple, la mer en rouge et le ciel en jaune. Plus tard, à l’université de Azad, je me suis intéressée et focalisée sur l’image et la photographie, qui ont une longue tradition en Iran. Mes premières séries de travaux avaient un objectif d’apprentissage de la lumière. Elles sont à l’origine de la suite de ma carrière et d’immenses émotions. En effet, mes photos ont été jugées trop provocantes. J’ai été censurée et condamnée. Afin de ne plus mettre en danger mes proches et mes modèles, je suis devenue mon propre sujet/objet, y compris dans mes travaux les plus abstraits et/ ou conceptuels. Je suis un peu une photographe du self portrait et une narratrice de ma vie et de mes interrogations à travers les images. L’émotion est partout dans l’art qui m’intéresse et attire mon regard. Et en moi, j’ai ce besoin, parfois, que cela sorte. C’est quelque chose qui peut ressembler peut-être à un accouchement, avec un mélange de phases de plaisir, de souffrance

La suite :
http://www.bon-temps.fr/niloufar-banisadr/
« Modifié: août 02, 2017, 09:27:19 am par Florinda »