Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Auteur Sujet: La une du Figaro du lundi 27 novembre  (Lu 100 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5430
    • Voir le profil
La une du Figaro du lundi 27 novembre
« le: novembre 27, 2017, 08:46:14 am »
Liban, Syrie, Irak : comment l'Iran étend son emprise


L'Iran est devenu une puissance régionale dont l'influence s'étend de la frontière afghane jusqu'à la Méditerranée. Sa rivalité avec l'Arabie saoudite fracture les pays du Levant.

Au levant, il y aura un avant et un après Abu Kamal. Cette ville - la dernière de Syrie aux mains de Daech le long de l'Euphrate à la frontière avec l'Irak - a été reprise, mi-novembre, par l'armée de Bachar el-Assad et ses alliés iraniens des gardiens de la révolution, épaulés par des miliciens chiites libanais et irakiens. Ainsi s'ouvrait pour la première fois depuis l'avènement de la République islamique d'Iran en 1979 un corridor territorial reliant Téhéran, Bagdad, Damas et Beyrouth.

Dans une course effrénée, les alliés kurdes des États-Unis dans le nord de la Syrie ont tenté, en vain, de bloquer l'avancée de leurs adversaires. Tandis que les djihadistes sunnites s'enfuyaient dans le désert irakien d'al-Anbar, la création de ce «croissant chiite», redouté dès 2004 par le roi Abdallah de Jordanie, voyait le jour dans les sables du désert. Au grand dam de l'Arabie saoudite, leader du monde sunnite, qui affronte par procuration son ennemi chiite iranien en Irak et en Syrie, mais aussi au Liban au Yémen et à Bahreïn. Une guerre politique pour le contrôle du Moyen-Orient, qui instrumentalise les tensions religieuses entre les frères ennemis de l'islam.

Dans cette guerre qui se joue dans des États faibles, le modèle iranien est incontestablement plus efficace


http://www.lefigaro.fr/international/2017/11/26/01003-20171126ARTFIG00160-au-levant-l-iran-impose-son-croissant-chiite.php
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"