Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Auteur Sujet: Iran : les cours d'anglais bannis des écoles primaires  (Lu 108 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5419
    • Voir le profil
Iran : les cours d'anglais bannis des écoles primaires
« le: janvier 07, 2018, 03:47:23 pm »
Et ils apprendront quelle langue à la place ?

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'enseignement de l'anglais interdit en primaire en Iran

07/01 | 15:42 | Par Les Echos

L'enseignement de l'anglais a été interdit dans les classes de l'école primaire en Iran après la décision du guide de la révolution iranienne, Ali Khamenei, que cette pratique favorisait une « invasion culturelle » occidentale.


http://live.lesechos.fr/91/0301113648591.php#xtor=RSS-8
« Modifié: janvier 07, 2018, 03:54:48 pm par Parvaneh »
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5419
    • Voir le profil
Re : Iran : les cours d'anglais bannis des écoles primaires
« Réponse #1 le: janvier 08, 2018, 01:48:03 pm »
Les écoliers iraniens privés de cours d'anglais


Les cours d'anglais à l'école primaire vont être interdits. Le régime chiite veut lutter contre ce qu'il estime être une « invasion culturelle ».
 
La décision est radicale. L'Iran va supprimer les cours d'anglais à l'école primaire, a annoncé samedi un haut responsable iranien en charge de l'éducation. « Enseigner l'anglais dans les écoles primaires publiques et non publiques est contraire aux lois et règlements, s'est justifié Mehdi Navid-Adham à la télévision d'Etat. Selon lui, la priorité doit être donnée à la « promotion du farsi (la langue du pays) et à la culture iranienne ».


Manifestations
Officiellement, cette mesure n'a pas de lien direct avec les manifestations qui ont éclaté ces dernières semaines dans plus de 80 villes du pays. Dans les cortèges, des slogans hostiles au régime ont été proférés - certains d'entre eux en anglais. Selon un dernier bilan, au moins 21 personnes ont été tuées et plus de 1.000 personnes ont été arrêtées, dont 450 à Téhéran.  La reprise en main vigoureuse du régime semble avoir cependant calmé les ardeurs des manifestants.


L'apprentissage d'une langue étrangère (anglais, arabe, etc) est obligatoire à partir de l'âge de 12 ans en Iran. Mais de plus en plus d'écoles primaires proposent des cours d'anglais à leurs élèves. Aussi les familles aisées et éduquées ne se privent-elles pas d'inscrire leurs enfants à des cours d'anglais privés dans des instituts spécialisés.

Les enseignants iraniens ont accueilli l'interdiction avec scepticisme. « Cela montre à quel point les responsables en charge de l'éducation sont déconnectés de la réalité », a réagi Fatemeh, un enseignant d'une école primaire de Qarchak, près de Téhéran, cité par le Financial Times .

Relations glaciales avec Londres et Washington
La critique de l'anglais est fréquente en Iran. Il faut dire que la puissance chiite entretient des relations diplomatiques glaciales avec Washington et Londres depuis la révolution islamique de 1979. Les troubles politiques ou économiques sont souvent attribués par les responsables du régime aux manoeuvres supposées des Etats-Unis ou du Royaume-Uni.

A côté du président Hassan Rohani, jugé pragmatique, le véritable homme fort du régime, l'ayatollah Ali Khamenei, lance régulièrement des flèches contre le système éducatif, qui n'est pas assez « islamique » à ses yeux. En 2016, il s'était indigné, dans un discours adressé aux enseignants, du développement des cours d'anglais dans les écoles maternelles, mettant en garde contre les dangers de l'hégémonie culturelle des pays occidentaux.


https://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/0301115907529-les-ecoliers-iraniens-prives-de-cours-danglais-2143043.php#xtor=CS1-26
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"