Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Auteur Sujet: toujours le nucleaire  (Lu 29517 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne dini

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5511
    • Voir le profil
toujours le nucleaire
« le: mars 20, 2006, 11:58:49 am »
La négociation avance, affirment les diplomates. La France et le Royaume Uni ont présenté un nouveau projet de texte. Ils demandent à l'Iran de mettre un terme à toutes les activités liées à l'enrichissement d'uranium. Téhéran devrait aussi selon ce projet, se soumettre à des inspections renforcées de l'Agence internationale de l'énergie atomique, l’AIEA. Le texte franco-britannique demande à l'AIEA de faire un rapport sur les progrès accomplis ou non par l'Iran dans un délai de 14 jours.

A quelques nuances près, la plupart des membres du Conseil de sécurité semblent se diriger vers une adoption du texte. Mais la Chine et la Russie estiment toujours que le Conseil de sécurité ne doit pas supplanter l’AIEA et que le délai accordé à Téhéran, est trop court. Selon les propos de l'ambassadeur russe, "à ce rythme-là, on commencera à bombarder en juin".

La patience des diplomates occidentaux commence toutefois à s'émousser. Ils estiment que les activités iraniennes d'enrichissement d'uranium sont dangereuses et que le temps presse. Et si Moscou et Pékin refusent de rejoindre le consensus qui commence à émerger, la France, le Royaume Uni et les Etats Unis pourraient réclamer un vote en milieu de semaine prochaine.

http://www.rtbf.be/rtbf_2000/bin/view_something.cgi?type=article&id=0186738_article&menu=default&pub=RTBF.PORTAIL/PORTAIL.FR.la_taille.SP.INTE
« La science, c'est ce que le père enseigne à son fils. La technologie, c'est ce que le fils enseigne à son papa » : Michel Serres

Hors ligne dini

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5511
    • Voir le profil
toujours le nucleaire
« Réponse #1 le: mars 20, 2006, 11:59:32 am »
NUCLEAIRE - VIE POLITIQUE -
 Iran : un parti se prononce pour la suspension des activités nucléaires [ 20/03/06 ]

L'un des principaux partis réformateurs iraniens, le Front de la participation, dirigé par Mohammad Reza Khatami, frère de l'ancien président, a préconisé hier le dialogue avec les Etats-Unis et la suspension des activités liées à l'enrichissement d'uranium. Le Front de la participation était le principal parti réformateur dans l'ancien Parlement. Il regroupe des réformateurs proches de l'ancien président Mohammad Khatami.

http://www.lesechos.fr/info/rew_inter/4397929.htm
« La science, c'est ce que le père enseigne à son fils. La technologie, c'est ce que le fils enseigne à son papa » : Michel Serres

Hors ligne dini

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5511
    • Voir le profil
toujours le nucleaire
« Réponse #2 le: mars 20, 2006, 12:11:27 pm »
Etats-Unis/Iran
Discussions malgré tout
Les présidents Ahmadinejad et Bush ne se sont pas encore personnellement exprimés sur ces futurs contacts Iran/Etats-Unis.
(Photo : AFP/RFI)
Un rapprochement s’annonce entre les Etats-Unis et l’Iran. Les deux pays, qui ont rompu toute relation depuis plusieurs décennies, vont avoir des contacts directs. Les discussions porteront sur la situation en Irak. C’est le responsable du programme nucléaire iranien qui a annoncé ces discussions.

Imprimer l'article

Envoyer l'article

Réagir à l'article

Les Etats-Unis et l’Iran ont créé la surprise en annonçant qu’ils allaient discuter ensemble de la situation en Irak. Officiellement, Washington et Téhéran n’ont plus de contacts depuis la révolution islamique de 1979. C’est le risque de guerre civile en Irak qui motive cette rencontre. « Nous acceptons de négocier avec les Américains », a indiqué Ali Larijani, le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranien. L’Iran « accepte la demande de notre frère (le chef du principal parti chiite irakien, Abdel Aziz Hakim) de régler les problèmes et questions irakiennes dans le but de créer un gouvernement indépendant », a encore précisé Ali Larijani. Cet homme est un haut représentant du régime iranien. Les membres du Conseil dont il est le secrétaire sont choisis par le Guide suprême de la République islamique, Ali Khameini. Et c’est le président Mahmoud Ahmadinejad qui dirige en personne cette instance. Depuis de longs mois, Ali Larijani essaie de faire accepter le programme nucléaire de son pays par la communauté internationale qui redoute que le programme iranien ait des applications militaires. C’est le même homme qui négocie avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), organe de contrôle du nucléaire.

Pas de discussions sur le nucléaire iranien

Le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale a indiqué que son pays dirait « plus tard qui sera chargé de ces négociations », tout en soulignant qu’elles porteraient « uniquement sur l’Irak ». La Maison Blanche a de son côté souligné qu’il n’est pas question d’un « dialogue » avec l’Iran, mais plutôt d’obtenir que Téhéran cesse ses ingérences en Irak. Officiellement, les discussions ne porteront donc pas sur les litiges entre l’Iran et les Etats-Unis, notamment sur le programme nucléaire iranien controversé, a encore précisé Washington.

Depuis l’Australie où elle effectue une visite, la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice a commenté la nouvelle. « Nous comprenons que, comme en Afghanistan, ces discussions pourraient être utiles », a commenté, à Sydney, la responsable de la diplomatie américaine. « Mais ces discussions sont limitées aux questions liées à l’Irak », a-t-elle précisé alors qu’un journaliste lui demandait, au cours de sa conférence de presse avec le Premier ministre australien John Howard, si ces pourparlers pourraient s’étendre au dossier nucléaire iranien. Pas plus que la présidence américaine, Condoleezza Rice n’a donné de date pour cette reprise de contacts. Ils devraient commencer par une rencontre entre l’ambassadeur américain, basé à Bagdad, Zalmay Khalilzad et son homologue iranien. Jusqu’en 2005, Zalmay Khalilzad était ambassadeur à Kaboul. A cette époque, il avait des contacts avec l’Iran alors que les relations diplomatiques étaient rompues depuis des années entre son pays et l’Iran.

L’Iran a indiqué que ce n’est pas la première fois que le principal parti chiite irakien lui demandait une aide de ce genre. Jusqu’à présent, ce type de contacts « n’avait pas été rendu public », a indiqué Ali Larijani.

L’Irak coûte cher aux Américains

L’Irak est confronté à une vague de violence et n’est pas encore parvenu à mettre en place son gouvernement alors que les premières élections depuis l’invasion américaine se sont déroulées en janvier. Ce vendredi, des pèlerins chiites ont été tués dans plusieurs attaques à Bagdad. Des milliers d’entre eux se rendent actuellement à Kerbala, ville sainte où va se dérouler une fête religieuse le 20 mars prochain.  Un kamikaze s’est fait exploser dans un bus vide, des rebelles ont tiré des obus de mortier sur un poste de police. Il y a près d’un mois, l’ambassadeur américain à Bagdad avait annoncé, à l’occasion d’une conférence de presse, que les Etats-Unis n’allaient pas fournir indéfiniment une assistance militaire à l’Irak et que le sectarisme empêchait la mise sur pied du gouvernement. C’était la veille de l’attaque contre la Mosquée d’or, lieu saint chiite à Samarra. Dans cette région sunnite, les militaires américains ont lancé une offensive ce vendredi contre des localités soupçonnées d’abriter des sympathisants de la guérilla. Le Pentagone a présenté cette opération aéroportée comme « la plus importante » depuis l’invasion de l’Irak, en mars 2003.

Cette opération militaire de grande envergure coïncide avec le tout prochain vote, aux Etats-Unis, par la Chambre des représentants, d’une enveloppe budgétaire « d’urgence » de 92 milliards de dollars dont les deux tiers iront aux opérations militaires en Afghanistan et en Irak. Le plafond de la dette fédérale américaine devrait également être relevé. Les experts estiment que la guerre en Irak pourrait coûter 2 000 milliards de dollars aux Etats-Unis.

Quelques heures après l’annonce de ces futurs contacts Etats-Unis/Iran, l’ambassadeur américain à Bagdad donnait une interview au quotidien Le Monde daté du samedi 18 mars. « Pas plus qu’en Afghanistan, vous ne pouvez construire une nation et édifier un ordre démocratique solide si l’une ou l’autre des communautés majeures de ce pays ne participe pas. L’alternative est une guerre sans fin qui joue en faveur du terrorisme et des extrémistes. Les parties en cause doivent faire des compromis et je pense qu’elle y sont prêtes », a déclaré Zalmay Khalilzad au quotidien français.

L’Iran n’est pas cité dans cette interview mais on sait que les deux principales formations chiites irakiennes, en dehors de celle de l’imam radical Moqtada al-Sadr, sont proches de l’Iran, pays peuplé majoritairement de musulman chiites. « Je pense que l’Irak constitue un bon terrain d’entraînement pour permettre à l’Amérique de réfléchir en profondeur sur la façon dont elle se comporte », a de son côté déclaré Ali Larijani dans une interview, vendredi, au quotidien américain le New York Times.

Les observateurs estiment par ailleurs que l’Iran s’inquiète de son isolement toujours plus grand sur la scène internationale en raison du bras de fer autour de son programme nucléaire. Même le soutien de Moscou et de Pékin a montré ses limites. Alors si Iraniens et Américains dialoguent directement pour résoudre la crise irakienne, on peut imaginer, malgré tous les démentis de cette journée, que d’autres discussions pourraient ensuite avoir lieu sur le nucléaire.

http://www.rfi.fr/actufr/articles/075/article_42546.asp
« La science, c'est ce que le père enseigne à son fils. La technologie, c'est ce que le fils enseigne à son papa » : Michel Serres

Hors ligne Dev

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 479
    • Voir le profil
toujours le nucleaire
« Réponse #3 le: mars 30, 2006, 09:58:28 am »
si Iran arrete après tant de bataille alors ils sont vraiment trop ***  :o
ça a servi à quoi ?!

et d'abord pourquoi les essais nucléaire de pakistan sont passés si inapercus ?!  :whistle:

Citer
L'Onu donne 30 jours à l'Iran pour suspendre l'enrichissement d'uranium

NEW YORK (AFP) - Le Conseil de sécurité des Nations unies a donné mercredi 30 jours à l'Iran pour suspendre ses activités d'enrichissement d'uranium, dans une déclaration adoptée à l'unanimité de ses quinze membres.
Dans cette déclaration, le Conseil appelle l'Iran a "prendre les mesures requises par le Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) (...) qui sont essentielles pour établir la confiance (de la communauté internationale) dans le caractère exclusivement pacifique de son programme nucléaire".

Il "souligne, à cet égard, l'importance particulière d'un rétablissement complet et durable de la suspension (par l'Iran) de toute activité liée à l'enrichissement d'uranium, y compris dans un cadre de recherche et développement, et que cette suspension soit vérifiée par l'AIEA".

Il réclame d'ici la fin avril un rapport du directeur de l'AIEA sur la manière dont l'Iran se sera conformé à ces dispositions.

Le texte a été lu au nom du Conseil par son président pour le mois de mars, l'ambassadeur d'Argentine à l'Onu, César Mayoral.

Co-écrit par la France et la Grande-Bretagne avec l'appui des Etats-Unis, ce texte est le fruit de trois semaines de négociations intenses entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie).

Amendé plusieurs fois, il est finalement beaucoup moins fort que sa version originale car la Russie et la Chine ont bataillé pied à pied pour en éliminer des passages qui leur déplaisaient, notamment un paragraphe indiquant --d'abord explicitement, puis implicitement-- que le programme nucléaire iranien constituait une menace à la paix et à la sécurité internationales.

Moscou et Pékin ne voulaient pas en entendre parler car aux termes de la Charte des Nations unies, une telle mention pouvait ouvrir la voie, dans une seconde étape, à des mesures punitives, des sanctions notamment.

Malgré ces édulcorations, les trois Occidentaux se sont accordés pour affirmer que la déclaration du Conseil constituait un "message fort" à l'Iran qu'il devait se plier aux exigences de l'AIEA.

Si l'Iran ne s'y conforme pas, "le Conseil de sécurité prendra ses responsabilités, la balle est maintenant dans le camp de l'Iran", a déclaré à la presse l'ambassadeur de France à l'Onu, Jean-Marc de La Sablière.

"Dans 30 jours, le Conseil de sécurité sera compétent et prêt à agir", a affirmé son collègue américain, John Bolton.

Ni l'un ni l'autre n'a voulu évoquer ce que le Conseil pourrait décider si fin avril, le rapport de l'AIEA devait établir que Téhéran ne s'est pas plié à ses exigences. M. de La Sablière a exprimé l'espoir que l'Iran obtempérerait.

Les ministres des affaires étrangères des cinq permanents du Conseil et de l'Allemagne doivent se réunir jeudi à Berlin pour discuter d'une stratégie à long terme face au problème posé par les ambitions nucléaires iraniennes.

L'Iran insiste sur les fins pacifiques de son programme nucléaire civil, mais les Etats-Unis et leurs alliés le soupçonnent de vouloir se doter de la bombe atomique.

Hors ligne doni

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 6463
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
toujours le nucleaire
« Réponse #4 le: mars 30, 2006, 10:23:47 am »
l'expression "pisser dans un violon" prend tout son sens après la décision du Machin ...
Article 35 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen du 23 juin 1793 :

"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs

Hors ligne >james

  • Prince
  • ***
  • Messages: 2169
    • Voir le profil
toujours le nucleaire
« Réponse #5 le: mars 30, 2006, 10:36:34 am »
> je discutais avec un des mes daei qui venait passer qques jours a Dubai pour les fetes, en gros il me disait que plus personne ne suit vraiment l'actualite a Teheran, ils vivent leurs vies, qui vivra verra . j ai trouve ca tres dolce vita comme concept.

Hors ligne Dev

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 479
    • Voir le profil
toujours le nucleaire
« Réponse #6 le: mars 30, 2006, 05:21:12 pm »
mdr l'iran a encore refusé le jour même ... :mdr: :mdr:
c'est devenu n'importe quoi :ane:

fransisbis

  • Invité
toujours le nucleaire
« Réponse #7 le: mars 30, 2006, 07:06:10 pm »
ça va encore donner du barbu et du turban qui brûlent des drapeaux, spectacle habituel pendant 15 jours, ensuite ils vont négocier

Un job à étudier, exporter des drapeaux occidentaux, du fric à faire!!

Hors ligne Cyrille 2st

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 225
    • Voir le profil
toujours le nucleaire
« Réponse #8 le: mars 30, 2006, 08:16:44 pm »
Citation de: fransisbis
ça va encore donner du barbu et du turban qui brûlent des drapeaux, spectacle habituel pendant 15 jours, ensuite ils vont négocier

Un job à étudier, exporter des drapeaux occidentaux, du fric à faire!!
les arabes et les iraniens ont déjà des fabricants de drapeaux très malins...ils fabriquent des drapeaux à brûler déjà imbibés d'un produit ! (c'est vrai...F6, ce n'est pas une blague contrairement à ce que l'on pourrait croire  :yes: )

divanah

  • Invité
toujours le nucleaire
« Réponse #9 le: mars 30, 2006, 08:59:19 pm »
La russie a quelques 2000 experts en Iran, sans compter leur familles. Rien que sur la centrale de Bushehr les panneaux sont en russe/persan. La question  est jusqu'ou la Russie est prete à soutenir l'iran. Je pense que comme sur l'Irak, si ca barde trop, en fin de compte ils vont se retirer .

sinon tant mieux pour ta famille du coté de dubai James mais les echos que j'ai de teheran est que ca commence à raler sec sur la chereté et la dureté de la vie. Sans compter les promesses de l'autre boozineh.
N'oublions pas que la seule vraie emeute sanglante que l'iran a connu se sont déroulés à Eslamshahr, ville pauvre pas loin de Rey. c'etait au début des années 90 si je me souviens bien et cette emeute avait une seule raison : l'augmentation de 40 à 60 toomans du prix de l'essence à la pompe. le seul bilan qu'on a de cette emeute des dizaines de tués. et blok out total sur cette emeute : aucune image, tres peu de temoins.

fransisbis

  • Invité
toujours le nucleaire
« Réponse #10 le: mars 31, 2006, 07:56:24 am »
Citation de: Cyrille 1st
Citation de: fransisbis
ça va encore donner du barbu et du turban qui brûlent des drapeaux, spectacle habituel pendant 15 jours, ensuite ils vont négocier

Un job à étudier, exporter des drapeaux occidentaux, du fric à faire!!
les arabes et les iraniens ont déjà des fabricants de drapeaux très malins...ils fabriquent des drapeaux à brûler déjà imbibés d'un produit ! (c'est vrai...F6, ce n'est pas une blague contrairement à ce que l'on pourrait croire  :yes: )
**********************

"Ali met le feu",
comme chante Johnny  :D

Hors ligne dini

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5511
    • Voir le profil
toujours le nucleaire
« Réponse #11 le: avril 04, 2006, 12:22:12 pm »
Hans Blix: l'Iran ne disposera pas de l'arme nucléaire dans les cinq prochaines années

AP | 03.04.06 | 18:38


OSLO (AP) -- L'Iran ne disposera pas de l'arme nucléaire d'ici les cinq prochaines années, ce qui laisse du temps pour une résolution pacifique de la crise entre Téhéran et l'Occident, a estimé lundi à Bergen l'ancien chef des inspecteurs en désarmement de l'ONU, le Suédois Hans Blix.
Le Conseil de sécurité des Nations unies exige de l'Iran qu'il suspende ses activités d'enrichissement d'uranium, mais Téhéran a répondu que ses activités n'étaient "pas réversibles".
M. Blix, qui participe à une conférence sur l'énergie à Bergen, dans l'ouest de la Norvège, ne pense pas que les Etats-Unis iront jusqu'à envahir l'Iran. "Mais il y a un risque que les Etats-Unis utilisent des bombes ou des missiles contre plusieurs sites en Iran", a-t-il déclaré, cité par l'agence de presse norvégienne NTB. "Les réactions seraient alors fortes et contribueraient à accroître le terrorisme".
L'ancien inspecteur en désarmement avait conclu, avec raison, à l'absence d'armes de destruction massive en Irak. Les Etats-Unis avaient justifié l'invasion en Irak en mars 2003 par la supposée détention de ces armes par Saddam Hussein.
Dans le dossier iranien, dit-il, "nous avons le temps avec nous. L'Iran ne peut pas avoir une bombe (nucléaire) dans les cinq prochaines années". Hans Blix, qui fut également chef de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA), a enjoint aux Etats-Unis, confrontés au même problème avec la Corée du Nord, de prendre leur temps.
"Les Etats-Unis se sont donnés du temps et négocient avec la Corée du Nord, alors que l'Iran s'est vu fixer une date limite à très courte échéance. Les Etats-Unis et les autres grandes puissances devraient négocier et proposer des 'carottes', comme ils l'ont fait avec la Corée du Nord", observe-t-il. AP
« La science, c'est ce que le père enseigne à son fils. La technologie, c'est ce que le fils enseigne à son papa » : Michel Serres

Hors ligne Dev

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 479
    • Voir le profil
toujours le nucleaire
« Réponse #12 le: avril 13, 2006, 06:10:45 pm »
:mdr:

Citer
ELBaradeï ne confirme pas la capacité nucléaire de l'Iran

TEHERAN (Reuters) - Mohamed ElBaradeï, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a déclaré à Téhéran qu'il ne pouvait pas à ce stade confirmer que l'Iran avait, comme ce pays l'affirme, la capacité d'enrichir l'uranium à 3,5%, niveau utilisé pour alimenter les centrales nucléaires.

"Je ne peux pas confirmer cela. Nos inspecteurs ont pris des échantillons. Ils feront leur rapport au conseil de l'AIEA", a-t-il dit.

Hors ligne DarkDarvish

  • Global Moderator
  • Légende
  • *****
  • Messages: 4314
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
toujours le nucleaire
« Réponse #13 le: avril 16, 2006, 04:04:34 pm »
:ouch:

Richard Clarke estime qu'un conflit USA-Iran serait désastreux

POUR RICHARD CLARKE, UN CONFLIT USA-IRAN SERAIT DÉSASTREUX

NEW YORK (Reuters) - Un conflit militaire entre les Etats-Unis et l'Iran nuirait encore plus aux intérêts américains que la guerre en Irak, estime l'ancien chef de la lutte antiterroriste de la Maison blanche Richard Clarke dans une tribune publiée dimanche par le New York Times.

Dans ce texte cosigné avec Steven Simon, un ancien responsable du département d'Etat qui a également travaillé pour le Conseil de la sécurité nationale, Clarke explique que les rumeurs sur un éventuel bombardement de sites nucléaires en Iran font craindre le "déclenchement d'un processus complexe voué à l'escalade".

L'Iran répliquerait certainement en "utilisant ses réseaux terroristes pour frapper des cibles américaines dans le monde entier, y compris aux Etats-Unis", prédisent Clarke et Simon.

"L'Iran commande des forces qui sont bien supérieures à ce qu'Al Qaïda a jamais été capable de déployer", ajoutent-ils, évoquant le soutien de Téhéran à la milice chiite libanaise du Hezbollah.

L'Iran pourrait aussi aggraver la situation en Irak, écrivent-ils, ajoutant: "Il y a toutes les raisons de penser que l'Iran a d'ores et déjà planifié cette onde de représailles."

Le président George Bush pourrait alors ordonner de nouvelles frappes, poursuivent les auteurs, dans l'espoir que le peuple iranien renverse son gouvernement. Mais selon eux "il est plus probable que la guerre américaine contre l'Iran garantisse le maintien au pouvoir de ce régime pendant des décennies supplémentaires".

Pour Clarke et Simon, "les similitudes avec la campagne ayant précédé la guerre contre l'Irak sont frappantes: souvenez-vous qu'en mai 2002 le président Bush a déclaré 'n'avoir pas de plan de guerre sur (son) bureau', alors qu'il avait travaillé depuis plusieurs mois sur des plans détaillés d'invasion de l'Irak".

Le Congrès "ne doit pas autoriser l'administration à déclencher une autre guerre dont l'issue est inconnue dans le meilleur des cas et, dans le pire, trop bien connue", concluent-ils.
La vérité que tu crois connaitre n'est parfois que le mensonge qui te tuera.

Hors ligne Parvaneh

  • Immortel
  • *****
  • Messages: 5463
    • Voir le profil
toujours le nucleaire
« Réponse #14 le: avril 18, 2006, 08:41:41 pm »
"Affirmons notre fierté d'être Français (et je rajouterais Iraniens), car on ne bâtit rien sur l'auto-dénigrement"