Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Auteur Sujet: De nouveaux livres  (Lu 24589 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #270 le: mai 12, 2017, 07:58:24 pm »

Mai 2017, 272 pages, 18 €

Un homme et une femme que tout sépare. La jungle va les rapprocher.
 
Béatrice n’aurait jamais dû s’aventurer sur les chemins de la jungle de Calais : veuve d’un mari policier et sympathisant FN, elle vit avec son fils et sa mère dans la campagne environnante.
Une existence tranquille loin de cette jungle, où s’entassent 9 000 personnes.
Un soir en sortant du travail, Béatrice prend en stop un adolescent migrant qui lui demande de l’y déposer. Là, elle voit des enfants jouer dans la boue dans des conditions indignes.
Sa vie bascule. Elle devient bénévole occasionnelle.
Deux ans plus tard, un groupe d’Iraniens se coud la bouche pour dénoncer leurs conditions de vie. Parmi eux, Mokhtar, enseignant dans son pays, arrivé en Europe après avoir traversé la Méditerranée sur une embarcation de fortune. Leurs regards se croisent. C’est le coup de foudre. Mais Mokhtar n’a qu’un rêve en tête : gagner l’Angleterre… C’est le début d’une aventure humaine, amoureuse et judiciaire à laquelle rien ne la préparait.
 
Par amour, elle va abandonner ses préjugés, déplacer des montagnes, s’opposer à des lois absurdes. Il va lui apprendre le courage et la dignité. Calais mon amour est un hymne à la tolérance, un témoignage bouleversant, un livre universel.

Béatrice Huret est une ancienne aide-soignante reconvertie dans la formation pour adulte. Elle vit dans la périphérie de Calais avec son fils et sa mère.
Elle a été placée sous contrôle judiciaire et fichée S pour « aide à l’entrée, à la circulation ou au séjour irrégulier d’un étranger en France en bande organisée ». Elle attend la date de son procès.

http://www.editionskero.com/ouvrage/calais-mon-amour

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #271 le: juin 07, 2017, 10:10:31 am »




Après "Une Métamorphose Iranienne" et le "Petit Manuel du parfait réfugié politique", Mana Neyestani réalise un fascinant docu-fiction à propos d’un tueur en série qui a sévi dans l’est de l’Iran au début des années 2000.

Basé sur des entretiens filmés par deux journalistes proches de Mana Neyestani, "L’Araignée de Mashhad" retranscrit le parcours de Said Hanaï, qui, au prétexte de se conformer à des prescriptions religieuses, assassina seize femmes prostituées ou droguées en quelques mois dans la ville sainte de Mashhad, située au nord-est du pays.
Le tueur amenait toutes ses victimes chez lui avant de les étrangler, d’où l’appellation par les médias de « meurtres de l’araignée  ».

Alternant véritables interviews du tueur et passages fictionnels, Mana Neyestani dévoile aussi bien le point de vue du tueur, que celui de ses proches, de ses victimes, ou du juge en charge du dossier. Il met en lumière le poids d’une vision rigoriste de la religion dans cette ville, l’une des plus conservatrices du pays, où une partie de la population a manifesté en soutien au tueur après son arrestation.
Combinant différents registres narratifs et graphiques en passant d’un protagoniste à l’autre, Mana Neyestani montre à travers ce fait divers une société malade, où ceux qui vivent en marge sont considérés comme des sous-humains, allant parfois jusqu’à justifier les pires extrémités.

http://www.caetla.fr/L-araignee-de-Mashhad

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #272 le: juin 13, 2017, 08:32:59 pm »

Parution Mai 2017, 200 pages, 17,80 €

Romina Wagner a toujours fait l’objet de rumeurs plus ou moins farfelues. Aussi, quand elle évoque auprès de son psychanalyste une drôle d’ambiance sur son lieu de ­travail, celui-ci n’y prête que peu d’attention.
« Qui ­pourrait en vouloir à cette belle femme d’origine roumaine, ­ingénieure au sein de Microreva, une entreprise de haute techno­logie ? » se dit Moïni, un Iranien qui pratique des thérapies alternatives pour la clientèle huppée du quartier de la Butte-aux-Cailles, à Paris.
Jusqu’à ce que l’étrange Parviz lui dérobe le dossier de sa patiente. Romina, bientôt accusée d’espionnage industriel pour le compte de puissances étrangères, plonge dans un cauchemar ­paranoïaque et ne peut plus faire confiance à personne, et surtout pas à son mari…
C’est Florence Nakash, de la DGSE, qui a pour mission de tirer cette affaire au clair.

Naïri Nahapétian est née dans une famille arménienne à Téhéran, ville qu’elle a quittée après la révo­lution isla­mique. Journaliste, elle est égale­ment ­l’auteure de plusieurs romans.

http://www.editionsdelaube.fr/catalogue/jadisrominawagner

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #273 le: juin 20, 2017, 11:44:26 pm »

Juin 2017 - 80 pages - 15 €

Que savons-nous en Occident de la culture iranienne en 2017 ?
Pour quelques érudits, c’est sans doute la terre des miniatures persanes et des enluminures sublimes, le pays de la littérature ! Celui des poètes persans comme Ferdowsi, Khayyam, Saadi, Hafez, des mystiques tels Rûmî ou Attar. Pour d’autres, l’Iran nous est conté par le cinéma d’Abbas Kiarostami et d’Asghar Farhâdi…
 
Sans être exhaustif, ce numéro offre un aperçu des arts scéniques dans leur complexité artistique et culturelle : perpétuation de genres traditionnels comme le ta’zieh (représentation religieuse à caractère rituel), le rou howzi (comédies avec le personnage du Noir, le Siâh) qui enchante toujours des salles intergénérationnelles ; création de formes inventives en salle et dans l’espace public. Par cette publication, nous souhaitons saluer le regain de vitalité du théâtre iranien de ces dernières années.

Sommaire :
- Édito : Si loin, si proche de Sylvie Martin-Lahmani
- Sur le blog - Extraits de textes publiés en ligne entre janvier et mars 2017
- Politique culturelle et arts de la scène en Iran
  Entretien avec Payman Shariati, directeur du Théâtre de la Ville de Téhéran, réalisé par Sylvie Martin-
  Lahmani
- La France et l'Iran, une passion commune pour le théâtre,
  Entretien avec François Sénémaud, ambassadeur de France à Téhéran, réalisé par Sylvie Martin-Lahmani
- La Conférence des oiseaux, de l'épopée d'Attar au spectacle de Peter Brook, Georges Banu
- La vie et le théâtre s’entremêlent dans l’existence, entretien avec Asghar Farhâdi réalisé par Fernand Denis                                   
- Le théâtre en Iran : un passé persan et une présence permanente, Yassaman Khajehi
- Le rou howzi et le personnage du Noir, Davoud Fathalibeigi
- Théâtre de marionnettes en Iran, Yassaman Khajehi
- Le renoncement éclairé des violentés. Réflexion esthétique sur la scène iranienne (2009-2013), Leyli
 Daryoush
- Prémices d'un renouveau du théâtre iranien, Jean-Pierre-Thibaudat
- La vitalité du théâtre universitaire à Téhéran, Fahimeh Najmi
- Littérature dramatique iranienne : focus sur cinq auteurs vivants, Rafigh Nosrati
- Les codes de la représentation dans le théâtre iranien et le spectateur occidental : entente ou malentendu ? Entretien avec Farzan Sojoodi réalisé par Mohammadamin Zamani
- Éclosion des théâtres privés à Téhéran aujourd’hui, Amin Azimi
- Cahier critique
  « Regarder dans les yeux de celui qui regarde son monde s’effondrer » : sur Ivanov d’Amir Rezâ Koohestâni
  Mohammadamin Zamani                       
- Regards croisés, voix entrelacées
  À propos de Hearing d'Amir Rezâ Koohestâni, Joëlle Chambon
- Du sous-sol au toit
  À propos de From the Basement to the Roof de Mahin Sadri et Afsâneh Mâhian, Laurence Van Goethem
- Danse en Iran : une position doublement critique, Alix de Morant
- Il était une femme qui rêvait d’être un homme…
  Leyli Daryoush, sur base d’un entretien avec Sâmân Arastou
- Sachli Gholamalizad ou la rage des origines, Christian Jade   
- Veille de noces
  À propos de Le Papillon, écrit et mis en scène par Hossein Tavâzonizâdeh, Sylvie Martin-Lahmani

Sur le blog
À propos de Vol N° 745 de Marjan PourgholâmHossein et Nuage rose de Hassan Majouni, sur la Guerre Iran-Iraq (images, acteur, marionnettes et pantins…)

Sylvie Martin-Lahmani
D'imperceptibles voix
À propos de Voicelessness de Azade Shahmiri, Kunstenfestivaldesarts 2017, Laurence Van Goethem

http://www.alternativestheatrales.be/catalogue/revue/132
« Modifié: septembre 28, 2017, 02:11:25 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #274 le: juin 23, 2017, 11:30:54 am »

Paru Juin 2017, 196 pages, 16 €

Traduit du persan par Parvin Amirghasemkhani, Arlette Gérard et Christian Maucq.

Les habitants d’Asie centrale glissent le soir sous leur oreiller un recueil de poèmes, Hâfez, Saadi, Khayyâm. Pendant leur sommeil, les vers, rythmes, sons, images et rimes dansent avec les rêves, et la page offerte au hasard au petit matin sera pour le lecteur non pas vraiment un oracle, mais une couleur, une orientation, un climat qui accompagneront sa journée et soutiendront son regard.
La poésie est la chair du quotidien, un quotidien que le poète iranien moderne Sohrab Sepehri décrit avec un regard lavé, dans la simplicité apparente des gestes et des choses qui deviennent comme l’antichambre d’un monde supraréel, la clef du monde imaginal.
Il y a urgence à sortir ce recueil de sous l’oreiller, recueil qui offre pour la première fois une somme de poèmes traduits en français et mis en regard de leur original persan, et de le laisser nous emmener au pays du vent, des libellules, des peupliers aux feuilles qui claquent et nous dévoilent par ce langage un chemin caché, une allée verte, plus verte que le songe de Dieu.

Sohrab Sepehri (1928-1976)
Né à Kâshân, il mena de front les carrières de poète et de peintre, les deux passions s’alimentant réciproquement. Il trouva sa source d’inspiration dans de nombreux voyages à l’étranger, et son vif intérêt pour les différentes mystiques orientales marqua considérablement son oeuvre. En 1976, il réunit ses oeuvres poétiques dans un recueil qu’il intitule Hasht Ketab (Huit Livres). La qualité de son oeuvre et de sa pensée marqua profondément son temps.

http://www.maelstromreevolution.org/pages/FRA/prodotto.asp?ProdottoID=421&FamigliaID=0
« Modifié: septembre 28, 2017, 02:48:11 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #275 le: août 19, 2017, 06:28:21 pm »
GULISTAN, CONTES PERSANS
A partir de 8 ans


Publié fevrier 2017, 48 pages, 22 €

Gulistan, recueil de contes persans du XIIIe siècle, nous plonge dans un univers fabuleux, à la frontière du mythe.
Liberté, justice, sagesse, amitié, jeunesse... des sujets universels qui parlent aux petits comme aux grands.
Saadi livre, dans un style magistral, l’un des chefs-d’œuvre de la littérature persane, toujours moderne.
Les sublimes illustrations de Reza Dalvand portent en elles un souffle à la fois classique et actuel.







Site de l'éditeur :
http://www.cleditions.com/Gulistan-contes-persans

http://bobetjeanmichel.com/2017/03/gulistan-contes-persans-saadi/
« Modifié: août 19, 2017, 06:44:24 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #276 le: août 30, 2017, 05:22:39 pm »

Ed. Erick Bonnier, paru 24 août 17, 470 pages

- Mathieu, as-tu respiré une fois, une seule fois, le parfum d’une fleur dans un jardin de ce pays ? me demande Leyli.
 
Non, Mathieu n’aura pas le temps de humer les roses de Chiraz.
 
Arrivé à Téhéran en 1976, il y découvre d'abord le Lycée Râzi qui lui offre le cadre rassurant d'un établissement français pour expatriés, tandis que son père est en charge du nucléaire iranien. Le Chah fait alors la une des magazines parisiens, son pays est le meilleur allié de l'Occident dans la région.
 
Puis, très vite, un autre Iran se révèle à Mathieu. Tombé amoureux fou de Leyli, il est happé par une Révolution totalement inédite qui allait radicalement changer le monde, et qui le dresse contre son père.
 
Avec Nuit persane son premier roman, Maxime Abolgassemi nous offre une œuvre ample et somptueuse, en laquelle se conjuguent les enchantements et les maléfices de l’Histoire. Et c’est un pan oublié de notre passé récent qu’il nous fait redécouvrir.
Maxime Abolgassemi, fils d'un poète iranien exilé en France, enseigne en classes préparatoires à Rennes.

Blog de l'auteur : http://www.abolgassemi.fr/index.php/nuit-persane/

https://www.erickbonnier-editions.com/romans/nuit-persane/
« Modifié: septembre 28, 2017, 02:57:28 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #277 le: septembre 07, 2017, 10:02:43 pm »
Ce n'est pas un nouveau livre, mais il n'a jamais été évoqué ici


Editions Baker Street, paru en mai 2014
384 pages, 21 €


Dans les années 1960, l’Iran du chah Mohammad Reza Pahlavi est un pays politiquement divisé. Les failles sociales et politiques ne peuvent plus être ignorées et la contestation gronde. C’est dans ce contexte que va naître une belle amitié entre Roya et Shirine, deux lycéennes que tout sépare. Roya, fille d’une famille de notables, envie l’indépendance farouche de sa camarade. Mais Shirine garde ses secrets… Chacune de son côté, et de manière différente, va chercher à comprendre le sens de ce qui se passe autour d’elle et à définir son propre rôle dans les bouleversements en cours. Tout au long du roman, elles seront amenées à prendre des décisions qui peuvent à chaque moment entraîner leur perte.

Le climat menaçant de la crise qui précéda la révolution islamique pèse sur l’existence des personnages de ce roman où contexte politique, cheminement personnel et vie familiale sont inextricablement liés. Un récit poignant, plein de rebondissements et d’émotion, où amitié, poésie, répression, sacrifice et souffrance s’entremêlent. Sur la toile de fond d’une nation contrainte à rompre avec son identité profonde, Un ciel de coquelicots parle de culture, d’histoire et du pouvoir rédempteur de l’amitié et de l’amour.

Zohreh Ghahremani
Iranienne vivant aux États-Unis depuis de nombreuses années, Zohreh Ghahremani est l’auteur de trois romans dont un en langue persane. Voix de la diaspora irano-américaine, elle a publié des nouvelles dans de nombreuses anthologies, comme Tremors ou A Year in Ink, et plus d’une centaine d’articles dans divers magazines américains. Elle a obtenu le prix One Book, One San Diego 2012, de la Radio KPBS et des bibliothèques de la ville de San Diego. Elle est invitée comme conférencière partout aux États-Unis. Elle a également enseigné à la faculté dentaire de Northwestern University, près de Chicago, où elle a exercé en cabinet. Elle vit aujourd’hui en Californie. Un ciel de coquelicots est son premier roman à paraître en français.

https://editionsbakerstreet.com/2014/05/22/un-ciel-de-coquelicots-zohreh-ghahremani/

« Modifié: septembre 08, 2017, 09:48:58 am par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #278 le: septembre 07, 2017, 10:36:17 pm »
2 articles récents qui donnent des conseils de lectures de livres liés à l'Iran (tous évoqués ici) :

5 romans/livres à lire avant de partir en Iran

Par "Les lettres persanes"
- "Les jardins de consolation" de Parisa Reza
- "Désorientale" de Negar Djavadi
- "Les simples prétextes du bonheur" de Nahal Tajadod
- "Ma part d’elle" de Javad Djavahery
- "Marx et la poupée" de Maryam Madjidi
http://www.leslettrespersanes.fr/2017/08/04/5-romans-a-lire-avant-partir-en-Iran-en-2017

Par "Voyageurs du Monde"
- "Guide culturel de l’Iran" de Patrick Ringgenberg
- "Les jardins de la consolation" de Parisa Reza
- "Ma part d’elle" de Javad Djavahery
- "Vivre et mentir à Téhéran" de Ramita Navai
- "Marche sur mes yeux" de Serge Michel et Paolo Woods
https://www.voyageursdumonde.fr/voyage-sur-mesure/magazine-voyage/5-livres-a-lire-avant-de-partir-en-iran
« Modifié: septembre 08, 2017, 10:01:56 am par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #279 le: septembre 08, 2017, 09:51:57 am »

Ed. de l'aube, paru 7 sept. 17, 216 pg., 20 €

« Nous étions aussi las de l’enfer que du paradis, de la foi, de la patrie, du supplice que du pardon. »
Guerre Iran-Irak, chiites contre sunnites. Dès les ­premières pages, ce cadre vole en éclats. C’est de la guerre en général qu’il s’agit. Celle du souffle suspendu dans les tranchées et des membres arrachés sur le champ de bataille.

L’écrivain a quitté l’Iran depuis longtemps. Il n’est pas certain de comprendre ce qui pousse ces jeunes à ­marcher sur des mines pour ouvrir une route, à mourir sans même la consolation d’accomplir un acte héroïque. Face au carnage, il ne sait plus si être écrivain se justifie. Alors il prête sa plume aux protagonistes, recueille leurs paroles, comme Antoine Galland a compilé les récits des Mille et une nuits. Il leur offre l’écriture comme ultime refuge, scintillante comme une apparition divine ou une bombe au phosphore.

http://www.editionsdelaube.fr/catalogue/sansombre
« Modifié: septembre 28, 2017, 02:41:39 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #280 le: septembre 30, 2017, 02:58:19 pm »

Paru 19 sept. 17, 160 pages, 16 € (12 € e-book)

De 2012 à 2016, la banlieue rebelle de Daraya a subi un siège implacable imposé par Damas. Quatre années de descente aux enfers, rythmées par les bombardements au baril d’explosifs, les attaques au gaz chimique, la soumission par la faim. Face à la violence du régime de Bachar al-Assad, une quarantaine de jeunes révolutionnaires syriens a fait le pari insolite d’exhumer des milliers d’ouvrages ensevelis sous les ruines pour les rassembler dans une bibliothèque clandestine, calfeutrée dans un sous-sol de la ville.

Leur résistance par les livres est une allégorie : celle du refus absolu de toute forme de domination politique ou religieuse. Elle incarne cette troisième voix, entre Damas et Daech, née des manifestations pacifiques du début du soulèvement anti-Assad de 2011, que la guerre menace aujourd'hui d'étouffer. Ce récit, fruit d'une correspondance menée par Skype entre une journaliste française et ces activistes insoumis, est un hymne à la liberté individuelle, à la tolérance et au pouvoir de la littérature.

Delphine Minoui est grande reporter au Figaro, spécialiste du Moyen-Orient. Prix Albert Londres 2006 pour ses reportages en Iran et en Irak, elle sillonne le monde arabo-musulman depuis 20 ans. Après Téhéran, Beyrouth et Le Caire, elle vit aujourd'hui à Istanbul, où elle continue à suivre de près l’actualité syrienne. Elle est également l'auteur des Pintades à Téhéran (Jacob-Duvernet), de Moi, Nojoud, dix ans, divorcée (Michel Lafon), de Tripoliwood (Grasset) et de Je vous écris de Téhéran (Seuil).

http://www.seuil.com/ouvrage/les-passeurs-de-livres-de-daraya-delphine-minoui/9782021363029

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #281 le: octobre 31, 2017, 08:51:42 pm »

Editions Mimesis - 5,9 €

L’Iran est un pays en transition entre passé et présent, modernité et tradition, au carrefour de civilisations contiguës et indépendantes, entre Orient et Occident, une République… islamique, qui devrait être une démocratie… religieuse. Dans les faits, une oligarchie d’ayatollahs et de pasdarans. Au coeur de l’Iran, Téhéran, sa capitale avec ses différentes âmes, est une femme qui enchante ses interlocuteurs. Comme toutes les shéhérazades, elle susurre les mots justes. Elle convainc. Elle vous enchantera vous aussi, si vous décidez de voyager. Et comme une mine de rubis, vous serez ouverts à l’in uence des rayons du soleil.

Farian Sabahi, journaliste et historienne spécialiste de l’Iran, enseigne actuellement à l’université d’Aoste, après avoir donné des cours sur l’Iran et le Yémen à l’Unité d’arabe de l’université de Genève. Parmi ses publications: Il mio esilio, entretien avec le prix Nobel Shirin Ebadi; Storia dell’Iran; Un’estate a Teheran ; The Literacy Corps in Pahlavi Iran ; Islam : l’identità inquieta dell’Europa et Storia dello Yemen. En français, elle a réalisé la lecture théâtralisée «L’Empire perse et ses femmes» au Rendez-vous de l’Histoire (Blois 2015). Elle convainc. Elle vous enchantera vous aussi, si vous décidez de voyager. Et comme une mine de rubis, vous serez ouverts à l’in uence des rayons du soleil.

http://www.editionsmimesis.fr/catalogue/nous-femmes-de-teheran/
« Modifié: mai 21, 2018, 03:42:19 pm par Florinda »

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #282 le: mars 25, 2018, 04:54:44 pm »

Editions L'Archipel, Mars 18, 18 €

Depuis deux mille cinq cents ans, la culture persane participe de l’aventure universelle des sciences, de la philosophie, de l’art et des religions. Car la Perse n’est pas limitée au peuple iranien ni aux frontières actuelles de l’Iran : la géographie et l’histoire l’ont placée à la croisée de plusieurs mondes.

En envahissant la Perse en l’an 633, les Arabes héritent d’une civilisation dont l’apport a par la suite été sous-estimé, quand il n’était pas nié. Or, il est impossible de comprendre l’Asie centrale, le monde indien et l’ensemble de l’univers islamique en laissant l’Iran et sa culture de côté.

Aujourd’hui, la culture musulmane de la Perse, si admirée au Moyen Âge, vit un âge sombre. En Occident du moins, on s’en méfie. Oubliés, prophètes et poètes – de Zarathoustra à Mani, de la poésie soufie de Rûmî aux élégies amoureuses de Hafez de Chiraz – qui chantaient la beauté de la femme et de l’amour, et montraient le chemin vers une compréhension de Dieu et des hommes !

Quatre décennies après la révolution islamique, l’Iran semble de nouveau à un carrefour. Ardavan Amir-Aslani s’érige dans cet essai contre la réécriture fallacieuse du passé de cette civilisation. Pour rendre à la culture perse la place qui lui revient dans l’Histoire.

http://www.editionsarchipel.com/livre/de-la-perse-a-liran/


Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #283 le: avril 01, 2018, 10:05:37 pm »

Janv. 2018, 224 pages, 21 €

Le roman commence en 1979, à Téhéran à la chute du Shah. Il se termine en Allemagne, 30 ans plus tard où une famille s’est exilée.

Les Nuits sont calmes à Téhéran retrace l’histoire de quatre générations de femmes ballottées entre la persécution, la guerre Iran-Irak et les brûlures de l’exil.

Sans pathos, mais avec beaucoup de finesse et d’empathie, Bazyar dépeint des histoires de vie exemplaires, et signe un roman qui interroge sur les défis actuels de l’intégration.

http://www.slatkineetcompagnie.com/nuits-calmes-a-teheran/

Shida Bazyar est née en Allemagne en 1988. Un an auparavant, ses parents, militants politiques communistes, fuyaient l’Iran et la révolution Islamique. Étudiante en littérature et en journalisme culturel, Shida commence par écrire des nouvelles pour des magazines et des revues.

Les Nuits sont calmes à Téhéran est son premier roman. Salué par la critique, le livre s’est déjà vendu à plus de 30 000 exemplaires outre-Rhin.

Hors ligne Florinda

  • Moderator
  • Archange
  • *****
  • Messages: 9754
    • Voir le profil
Re : De nouveaux livres
« Réponse #284 le: mai 21, 2018, 05:25:47 pm »

Janv. 2018, 188 pages, 18 € (e-livre 14 €)

Nima Yushij, Forough Farrokhzad et Syavash Kasraï sont trois poètes iraniens dont les oeuvres sont considérées dans leur pays comme un message de résistance à toutes les oppressions. Leur poésie, iriguée par le mont Damâvand, plus haut sommet d'Iran, est riche d'images et de symboles qui sont le reflet de la sensibilité persane.

Myriam Bahramian est née en Iran. Adolescente, elle se passionne pour la poésie persane. Adulte, elle devient une militante active des Droits de l'Homme. Venue s'installer en France dans les années 80, elle se consacre à la traduction et à la diffusion des oeuvres des poètes persans.

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=58659

Mercredi 23 mai à partir de 19h
L'auteure Myriam Bahramian présente son livre "Le Mont Damavand et ses Poètes" à l'Espace Harmattan
21 bis rue des Ecoles (M° Maubert Mutualité), Paris 5ème

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=actualite&sr=1&obj=evenement&no=7919&varConn=harmattanDSN

http://www.editions-harmattan.fr/formulaires/formulaire_presence_signatures.asp?emailDestinataire=myriam.nagier@gmail.com&date=2018-05-23
« Modifié: mai 21, 2018, 06:00:00 pm par Florinda »